Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Partisans de Préval mécontents

Les résultats partiels des élections présidentielles sont contestés. Des soldats des Nations unies tirent sur la foule et tuent une personne Plusieurs milliers de partisans de René Préval ont bloqué Port-au-Prince hier avec des barricades. Ils considérent que leur candidat à l'élection présidentielle, qui n'atteindrait pas les 50% des voix, a gagné et n'a pas besoin d'un second tour.

14 févr. 2006, 12:00

Selon des témoins, des soldats de la force de stabilisation des Nations unies ont tiré sur les manifestants faisant au moins un mort et quatre blessés. Des manifestants ont par ailleurs envahi l'hôtel où la commission électorale a annoncé les résultats de l'élection présidentielle.

«La situation est très instable, il y a des barricades et des troubles un peu partout», a déclaré un responsable de l'ONU sous couvert d'anonymat. Les troubles ont été «organisés en une heure et des gens ont dû trouver refuge dans des commissariats», a-t-il précisé, sans pouvoir dire s'ils avaient fait des victimes.

«Nous sommes mobilisés pour défendre notre vote. Préval a gagné à 75%. Il se retrouve aujourd'hui à 48%. Blanc ou Noir, personne ne nous empêchera de réclamer notre victoire», lance un manifestant. «Le seul résultat que nous attendons, c'est celui de Préval gagnant, les Blancs ne vont pas décider pour nous», renchérit un autre partisan, Moger Eldon, 33 ans. Selon de nouveaux résultats partiels diffusés hier par le Conseil électoral (CEP) et portant sur 89,9% des votes comptabilisés, l'ancien président et ex-proche de Jean Bertrand Aristide n'obtient que 48,73% des voix. Tout candidat doit obtenir 50% plus une voix pour éviter un deuxième tour.

Sur les 2,2 millions de vote exprimés, environ 125.000 ont été déclarés invalides en raison d'irrégularités, ce qui a suscité la suspicion des partisans de René Préval.

Un des membres de la commission électorale, Pierre Richard Duchemin, a publiquement exprimé des doutes sur le décompte et réclamé une enquête, évoquant un «certain niveau de manipulation».

Un peu de patience

Les rivaux les plus sérieux de Préval, l'ancien président Leslie Manigat (1988) et l'industriel Charles Henri Baker, sont crédités respectivement de 11,84% et 7,93% des voix.

Le CEP a demandé aux Haïtiens d'être patients jusqu'à la publication des résultats définitifs, initialement attendus dimanche.

René Préval a quitté, hier, son domicile de Marmelade, dans le nord du pays, et était en route pour gagner Port-au-Prince. Il n'était pas clair si l'ONU allait lui faciliter son retour, via notamment un transport en hélicoptère. / ats-afp-ap

Votre publicité ici avec IMPACT_medias