Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Nicolas Sarkozy soutient son ministre Eric Woerth

24 juin 2010, 04:15

Le président français Nicolas Sarkozy a renouvelé hier sa confiance dans son ministre du Travail Eric Woerth pour mener à bien la réforme des retraites, malgré sa mise en cause dans l'affaire Bettencourt. L'épouse du ministre a de son côté dénoncé les «calomnies» qui la visent.

Eric Woerth est au centre d'une polémique depuis les révélations sur l'existence de comptes bancaires à l'étranger de Liliane Bettencourt, la femme la plus riche de France, dont une partie des biens était gérés par une société employant Florence Woerth. Ce d'autant plus qu'Eric Woerth s'est fait le champion de la lutte contre la fraude fiscale. «Le président de la République a eu l'occasion de renouveler et de dire toute sa confiance à Eric Woerth, ministre du Travail, pour mener la réforme des retraites», a déclaré le porte-parole du gouvernement Luc Chatel. «Il a encouragé Eric Woerth à poursuivre son travail d'écoute, de dialogue de concertation pour la bonne réalisation de cette réforme», a ajouté Luc Chatel.

L'hebdomadaire «Le Point» rapportait hier qu'Eric Woerth, alors ministre du Budget, a remis lui-même début 2008 les insignes de chevalier de la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, le patron de la société employant sa femme.

«Eric Woerth n'a jamais nié qu'il connaissait M. de Maistre. M de Maistre a reçu la Légion d'honneur sur le quota du ministre de l'économie, c'est un entrepreneur, un chef d'entreprise», a dit le porte-parole du gouvernement. Il a rappelé que «tous les membres du gouvernement sont habilités à remettre ces insignes». Luc Chatel a par ailleurs dénoncé «l'exploitation» des polémiques qui se multiplient autour de plusieurs ministres, des «affaires» qui ne paraissent «pas complètement anodines». «Aujourd'hui, on s'en prend à Eric Woerth, le ministre qui a en charge sans doute une des réformes les plus difficiles, les plus courageuses, les plus audacieuses de la mandature», a-t-il dit. De son côté, Florence Woerth, l'épouse du ministre, est intervenue à son tour mercredi pour se défendre d'avoir couvert l'évasion fiscale admise par Liliane Bettencourt. Elle a aussi confirmé, pour la première fois, sa démission de son poste chez Clymène, société de gestion d'une partie des biens de la première actionnaire de L'Oréal.

La femme la plus riche de France a confirmé lundi disposer de comptes bancaires à l'étranger et a engagé une équipe d'avocats fiscalistes pour en faire le recensement. Deux actifs, présumés placés en Suisse, ont été reconnus par l'entourage de Liliane Bettencourt, pour un montant de 85 millions d'euros. Florence Woerth assure par ailleurs que sa nomination en novembre 2007 n'est pas liée à l'arrivée de son mari cinq mois plus tôt au ministère du Budget, comme l'a laissé entendre Patrice de Maistre. /ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias