Nairobi prend des mesures contre le financement des islamistes

Le gouvernement kényan a retiré les permis d'exploitations de 13 sociétés somaliennes de transfert de fonds installées sur son territoire afin d'endiguer le financement du terrorisme.

08 avr. 2015, 13:22
Le bilan de l'attaque menée dimanche soir dans une ville côtière du Kenya s'est alourdi à 48 morts, a rapporté lundi la Croix-Rouge locale. La ville de Mpeketoni a été prise pour cible par une cinquantaine d'assaillants munis d'armes à feu et d'explosifs.

Les autorités kényanes ont suspendu les permis d'exploitation de 13 sociétés somaliennes de transfert de fonds installées au Kenya. Cette mesure fait suite à l'attentat commis contre le campus de l'université de Garissa qui a coûté la vie à 148 personnes la semaine passée.

Elle a été annoncée aux sociétés somaliennes concernées par la banque centrale du Kenya, a indiqué le gouverneur de la banque centrale de Somalie.

De son côté, le journal kényan "Daily Nation" précise que le gouvernement de Nairobi "a gelé les comptes bancaires appartenant à 86 particuliers et entreprises soupçonnés de financer le terrorisme dans le pays".

Le gouverneur de la banque centrale somalienne Bachir Issa Ali a expliqué que ces mesures risquaient d'avoir un effet dévastateur sur la communauté somalienne du Kenya qui compte un peu plus d'un million de membres.

"Cela va pénaliser les Somaliens au Kenya plus que les Somaliens en Somalie. La quantité d'argent envoyée de l'étranger vers le Kenya est énorme", a dit Bachir Issa Ali, ajoutant que de nombreux Somaliens résidant au Kenya dépendaient de l'aide de leurs proches.