Moteur en feu à l'origine du crash d'un Tupolev en Iran

02 août 2015, 18:44

L'un des moteurs du Tupolev de la compagnie iranienne Caspian Airlines qui s'est écrasé aujourd'hui entre Téhéran et Erevan a pris feu juste avant de tenter un atterrissage d'urgence, a déclaré un haut responsable de l'Aviation civile arménienne. Le crash a fait 168 morts.

«Un incendie s'est déclaré dans un moteur. Le pilote a pu tenter  alors un atterrissage d'urgence», a dit le directeur-adjoint de l'Aviation civile arménienne, Arsen Pogossian, lors d'une conférence  de presse, en déclarant qu'il s'agissait d'une «version non  officielle».

L'appareil devait entrer dans l'espace aérien arménien à 12h52  heure locale (09h52 en Suisse), a-t-il précisé. «A 12h48, les  contrôleurs iraniens ont appelé et averti que l'avion avait disparu  des écrans radar», a ajouté M. Pogossian.

Sur les 153 passagers, 147 étaient Iraniens - dont 31 d'origine arménienne - quatre Arméniens et deux Géorgiens, a-t-il dit. Deux  des membres d'équipage étaient aussi Arméniens.

L'avion s'est écrasé dans un champ du nord de l'Iran, près du village de Janat-Abad. Selon les autorités iraniennes, il s'est  enflammé dans le ciel et a fait plusieurs tours pour tenter  d'atterrir avant de s'écraser au sol et d'exploser. /ats

Flotte aérienne dans un état critique

L'Iran a connu plusieurs catastrophes aériennes au cours des 10 dernières années. La flotte aérienne civile et militaire de l'Iran est dans un état critique en raison de sa vétusté et de son manque d'entretien à la suite de sanctions imposées par les Etats-Unis dans les années 1980, après la révolution islamique et la prise d'otages dans l'ambassade américaine à Téhéran.

En septembre 2006, 29 personnes avaient été tuées lorsqu'un avion était sorti de piste après son atterrissage à Mashhad, et avait été détruit par les flammes.

Fin 2006, un avion militaire iranien s'était écrasé au décollage à Téhéran, tuant 39 personnes, dont 30 membres des Gardiens de la révolution. En décembre 2005, un Lockheed C-130 s'était abimé dans une zone d'habitation juste après son décollage à l'aéroport Mehrabad de Téhéran, tuant 108 personnes. /ats