Mort de Jozef Paczynski, coiffeur attitré du commandant d'Auschwitz

Jozef Paczynski, prisonnier numéro 121 du camp nazi d'Auschwitz était le coiffeur attitré du commandant du camp de la mort. Il est décédé dimanche, à l'âge de 95 ans.

27 avr. 2015, 16:43
epa04585858 The main gate of the Auschwitz camp with a sign reading 'Work sets you free' at the former Nazi-German concentration and extermination camp KL Auschwitz in Oswiecim, Poland, 26 January 2015, ahead of the upcoming 70th anniversary of the liberation of the camp wich will be celebrated on 27 January 2015. On 27 January 1945, Soviet forces liberated the biggest German Nazi death camp.  EPA/JACEK BEDNARCZYK POLAND OUT

Le Polonais Jozef Paczynski, ancien détenu d'Auschwitz, est mort dimanche à 95 ans à Cracovie, a annoncé lundi l'agence polonaise PAP. Il fut le coiffeur attitré de Rudolf Höss, le commandant de ce camp symbole de l'Holocauste.

Prisonnier n° 121, il avait déclaré en janvier qu'il pouvait toujours refaire les yeux fermés la coupe de cheveux à Höss, le bourreau d'Auschwitz.

Après tant d'années, il n'en revenait toujours pas. Pourquoi le commandant du camp l'avait choisi, lui, "juste un minable prisonnier" affecté à l'unité des coiffeurs après son arrivée en juin 1940 avec quelque 700 hommes du tout premier convoi de prisonniers politiques polonais?

"Il y avait huit ou dix coiffeurs professionnels de Varsovie et Höss a ordonné qu'un apprenti comme moi vienne lui couper les cheveux", a-t-il raconté à l'AFP lors des cérémonies en janvier du 70e anniversaire de la libération d'Auschwitz par l'Armée Rouge.

Un rasoir bien aiguisé

"Mes mains tremblaient. Mais un ordre est un ordre. J'ai dû faire mon travail", a-t-il dit. "La coupe était toute simple, à l'allemande: il fallait raser la nuque avec un rasoir et puis passer sur les côtés avec une tondeuse. J'avais de bons outils, mes collègues avaient bien aiguisé mon rasoir."

N'a-t-il pas eu l'idée de tuer Höss avec ce rasoir ? "On me pose souvent cette question. J'étais conscient des conséquences, je n'étais pas fou, si je lui tranchais la gorge, la moitié des prisonniers du camp seraient aussitôt exécutés", a-t-il raconté.

Condamné à mort après la guerre, Rudolf Höss fut pendu en 1947 sur le site du camp d'Auschwitz, où plus de 1,1 million de personnes, dont un million de Juifs européens, ont été exterminées de 1940 à 1945.

Jozef Paczynski, lui, a survécu. Après la guerre, il fait des études d'ingénieur en Pologne et il est devenu enseignant. Passé à la retraite, il a vécu à Cracovie jusqu'à sa mort.