Mines de cobalt: Apple, Google, Microsoft et Tesla accusés de profiter du travail des enfants en RDC

L’organisation International Rights Advocates a déposé une plainte contre Apple, Microsoft, Tesla et la maison mère de Google et Dell, accusés de profiter du travail des enfants dans les mines de cobalt en République démocratique du Congo.

17 déc. 2019, 07:42
epa07088147 Manuel, a young garimperio (artisanal miner) stands in the pit in which he works in a mine in Manica Province, Mozambique, 08 October 2018. Some 40,000 garimperios are believed to be working in the province, under harassment from security forces and extortion from some with political influence. According to reports, Mozambique has its mining potential unexploited with large deposits of coal, graphite, kaolin, iron ore, apatite, marble, bentonite, bauxite, copper, gold, titanium, rubies, and tantalum. In recent years gold deposits in Mozambique provinces of Niassa, Tete and Manica have attracted domestic and international investors. However the gold mining is still done mainly by artisan miners. According to reports, gold industry production is to grow 1.1 percent annually from 2016 to 2020. EPA/YESHIEL PANCHIA ATTENTION: This Image is part of a PHOTO SET

Une organisation de défense des droits de l’Homme accuse Apple, Microsoft, Tesla, la maison mère de Google et Dell de profiter du travail d’enfants dans les mines de cobalt en République démocratique du Congo. Elle a lancé une action collective à leur encontre.

La plainte a été déposée dimanche par International Rights Advocates (IRA) devant un tribunal de Washington; au nom de 14 victimes non identifiées, des membres de familles d’enfants tués dans l’effondrement de tunnels ou de murs, ou des enfants mutilés dans les mêmes circonstances.

 

 

Le cobalt est un métal rare, crucial pour la fabrication des batteries de téléphones portables et des véhicules électriques. Mais les conditions d’extraction et de commercialisation en RDC, premier producteur mondial, sont vivement contestées.

«L’explosion du secteur des technologies a conduit à une explosion de la demande en cobalt», explique IRA dans un communiqué. Or le cobalt est «exploité en RDC selon des conditions dignes de l’Âge de pierre, extrêmement dangereuses, par des enfants qui sont payés un ou deux dollars par jour pour fournir le cobalt servant aux onéreux gadgets fabriqués par certaines des plus riches entreprises au monde», poursuit l’association.

D’autres groupes en ligne de mire

Selon la plainte, les entreprises poursuivies sont tout à fait au courant des conditions dans lesquelles le cobalt est extrait. «Si les enjeux n’étaient pas aussi graves», il serait «tentant de rire» des mesures dérisoires qu’elles ont proposées pour y remédier, est-il écrit dans le document.

 

 

L’association pense ajouter d’autres groupes à la liste.

La RDC, qui regorge de ressources minières, reste l’un des pays les moins développés au monde. Et la richesse du sous-sol contribue à alimenter les conflits armés qui déchirent depuis plus de 20 ans l’Est du pays.