Mère de Reeva: "Pistorius est passé de héros à diable"

La mère de Reeva Steenkamp, tuée par Oscar Pistorius, a avoué dans une interview publiée jeudi s'effondrer lorsqu'elle rentrait le soir à l'hôtel, après les journées de procès. Pour elle, le meurtrier de sa fille est "passé de héros à diable".
07 août 2015, 13:36
This is an undated portfolio photo supplied by Ice Model Management in Johannesburg of Reeva Steenkamp,  during a photo shoot. Paralympic superstar Oscar Pistorius was charged Thursday, Feb. 14, 2013, with the murder of his girlfriend who was shot inside his home in South Africa, a stunning development in the life of a national hero known as the Blade Runner for his high-tech artificial legs.  Reeva Steenkamp, a model who spoke out on Twitter against rape and abuse of women, was shot four times in the predawn hours in the home, in a gated community in the capital, Pretoria, police said.  (AP Photo/Ice Model Management) FOR EDITORIAL USE ONLY

"J'observe constamment Oscar pour voir comment il se comporte. Je suis obsédée par son observation, c'est juste instinctif, je ne peux pas l'expliquer", a déclaré la mère du mannequin Reeva Steenkamp au quotidien britannique "Daily Mirror".

"Je n'arrête pas de penser 'laissez-moi voir comment il vit ça'. Il a eu des réactions très dramatiques, les vomissements et les pleurs", a-t-elle ajouté, confiant ne "pas savoir s'il joue la comédie". Les excuses d'Oscar Pistorius, 27 ans, l'ont "laissée de marbre", a-t-elle ajouté. "Je savais qu'elles allaient venir. Mes avocats m'avaient préparé à ça", a-t-elle déclaré.

Représenter sa fille

June Steenkamp, 67 ans, estime sa présence au tribunal indispensable malgré les souffrances et les photos des blessures de sa fille, l'une l'ayant "anéantie". "Il doit me voir là, au tribunal, il doit sentir mon regard le transpercer, je pense que ça fait une grosse différence", a-t-elle dit au journal, ajoutant "représenter son enfant".

Sur son attitude impassible pendant les audiences, elle explique "tout garder à l'intérieur" et "quand je rentre à l'hôtel, tout sort et je m'effondre".

"Ca me hante"

"Nous voulons juste connaître la vérité", a-t-elle répété, faisant part de son sentiment d'impuissance face à l'agonie qu'a vécu sa fille. "Ca me hante...nous n'avons pas pu l'aider, nous n'avons rien pu faire".

"Je me moque de ce qui arrivera à Oscar, ça m'est même égal s'il ressort libre. Tout ce que je sais c'est qu'il doit faire face à ce qu'il a fait et -s'il y a lieu- payer pour ça".

De héros à diable

"Quelle différence cela va-t-il faire pour moi s'il passe 25 ans en prison ou s'il ressort libre?", a-t-elle également fait valoir. "Je ne suis pas quelqu'un qui veut le punir. Je veux qu'on me rende ma fille mais ça n'arrivera jamais", a-t-elle souligné avant de conclure: "il a été gâté par les gens, c'est pourquoi il se pavane et semble supérieur. Il est passé de héros à diable".