Manifestation en Croatie à cause des emprunts contractés en francs suisses

Plus de 10'000 Croates qui avaient contracté des emprunts en francs suisses sont descendus dans les rues de Zagreb ce samedi. Ils ont manifesté contre leur gouvernement et leur banque centrale, qu'ils accusent de ne pas les avoir protégés de la hausse du franc.

25 avr. 2015, 21:45
epa04720208 Croatian protesters gather to demand the conversion of Swiss franc-denominated loans into Croatian kuna in front of Croatian National Bank (HNB) in downtown Zagreb, Croatia, 25 April 2015. Reports state thousands of Croatians resorted to Swiss franc-denominated loans due to the low interest rates; however the strong Swiss franc, which has gained value since the Swiss National Bank gave up its minimum exchange rate against the euro in January, caused an increase in the cost of loans. Croatian borrowers want to convert the loans into Croatian kuna, a demand rejected by the HNB fearing it would add downward pressure on their national currency.  EPA/ANTONIO BAT

Près de 10'000 personnes, selon la police, ont marché dans le centre de la capitale Zagreb pour protester contre les autorités qui ne feraient rien pour les tirer hors de "l'esclavage de la dette". Les emprunteurs, rassemblés dans l'association Franak, réclament également la démission du gouverneur de la banque centrale croate Boris Vujcic.

Venus de toute la Croatie, mais aussi des républiques voisines de Bosnie, Serbie et Slovénie, les manifestants ont marché sur la banque centrale croate, chantant "contre les emprunts requins! Nous voulons retrouver notre dignité!".

Emprunts très populaires

Les emprunts en francs suisses étaient très populaires dans plusieurs pays d'Europe centrale au cours des années 2000, leurs taux d'intérêt étant alors inférieurs à ceux des prêts en devises locales.

En Croatie, sur une population de 4,2 millions de personnes, plus de 100'000 emprunteurs se sont rués sur les francs suisses, principalement pour financer des achats dans l'immobilier. Près de 60'000 d'entre eux ont encore des traites à rembourser.

Pourparlers interrompus

Mais la Banque nationale suisse (BNS) a supprimé à la mi-janvier le taux plancher de l'euro, ce qui a fait flamber le franc suisse et provoqué un certain chaos sur le marché des changes.

La Croatie a alors fixé le taux de change pour le paiement des prêts à 6,39 kunas (0,84 euros), son niveau d'avant cette hausse record. Les banques croates étaient chargées d'en supporter les coûts, estimés à 52 millions d'euros par la banque centrale.

Les manifestants demandent maintenant la reconversion de ces prêts en kunas, et le retour des taux d'intérêts à leur niveau originel. Les pourparlers entre les débiteurs, les banques et le ministre des finances sont interrompus depuis la fin du mois de mars.

L'ex-république yougoslave, en récession depuis six ans, a rejoint l'Union européenne en 2013 mais n'a pas encore adopté la monnaie unique.