Réservé aux abonnés

Malgré l’investiture, la rue gronde encore en Algérie

Les nombreux manifestants rejettent le nouveau président et «son» système.

21 déc. 2019, 00:01
DATA_ART_13278933

Au lendemain de la prise de fonction du nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune, une foule compacte a manifesté, hier, à Alger. Elle a rejeté le «système» politique dont il est issu et son offre de dialogue.

En ce 44e vendredi consécutif de manifestations à travers le pays, la mobilisation dans la capitale a été difficile à évaluer, en l’absence de comptage officiel, mais elle a semblé moins importante que les deux vendredis précédents, lors lesquels elle fut exceptionnelle.

«Ou c’est vous, ou c’est nous. Nous n’allons pas nous arrêter», ont scandé les manifestants, tandis que sur des p...