Libre circulation: l’UE veut aller de l’avant sur l’accord-cadre

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a fait savoir que l'UE veut accélérer le mouvement après le net rejet de l’initiative UDC sur la libre circulation des personnes. Elle souhaite que «le Conseil fédéral fasse rapidement les pas».
27 sept. 2020, 21:21
Ursula von der Leyen a pris position de manière écrite.

Après le net rejet de l’initiative UDC sur la libre circulation des personnes, l’UE veut accélérer le mouvement. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l’a fait savoir dimanche soir.

«Je m’attends maintenant à ce que le Conseil fédéral fasse rapidement les pas pour signer et faire ratifier l’accord-cadre», a ainsi déclaré la présidente de la Commission européenne dans une prise de position écrite.

A lire aussi : Votations fédérales: une forte participation de quelque 59%

«Ce vote valide un des piliers centraux de notre relation: la liberté mutuelle de bouger, de vivre et de travailler en Suisse et dans l’Union européenne. Quelque 1,4 millions de citoyens de l’UE vivent en Suisse et 450’000 Suisses vivent dans l’Union. Ceci sans compter les 320’000 frontaliers qui vont travailler chaque jour en Suisse», a-t-elle rappelé.

«C’est un grand jour pour les relations entre l’Union européenne et la Suisse», a tweeté le président du Conseil européen, Charles Michel. «Nous nous réjouissons de poursuivre notre étroite collaboration. Le peuple helvétique s’est prononcé en envoyant un message clair: ensemble, nous avons un bel avenir devant nous», a-t-il ajouté.