Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les victimes sont d'abord musulmanes

Les musulmans sont les principales victimes du terrorisme perpétré au nom de l'islam, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs belges sur «l'évolution du terrorisme en 2005». Le terrorisme international frappe en effet bien plus le Proche-Orient que l'Occident.

19 févr. 2006, 12:00

Par ailleurs, près de neuf victimes sur dix du terrorisme international en 2005 ont été recensées en Irak et en Jordanie, selon cette étude dirigée par Rik Coolsaet, professeur de relations internationales à l'université de Gand (ouest de la Belgique), et publiée sur le site internet du Service public fédéral «Economie» de Belgique.

Baisse des attentats

Selon l'enquête, le nombre d'actes de terrorisme international a considérablement baissé en 2005 par rapport à 2004, avec 266 actes faisant 443 victimes contre respectivement 393 actes et 733 victimes il y a deux ans. En outre, le terrorisme, loin d'être une menace de nature globale, se concentre largement dans une région, à savoir le Proche et Moyen-Orient.

En revanche, le terrorisme dit «domestique» - celui qui est perpétré par des ressortissants d'un pays contre des cibles dans ce même pays - a lui connu une forte hausse entre 2004 et 2005.

Cette hausse est presque intégralement due à la situation en Irak, selon les chercheurs. Pour eux, «le conflit en Irak, présenté comme un élément de la guerre contre la terreur, a contribué à faire de l'Irak l'épicentre aujourd'hui du terrorisme». / ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias