Les trente-trois mineurs prêts à revenir à l'air libre

13 oct. 2010, 04:15

Les 33 mineurs bloqués depuis 68 jours au fond d'une mine au Chili se préparent à revenir à l'air libre dans les prochaines heures. Ce matin, peu avant 5h (suisses), le premier rescapé devait prendre place dans une étroite capsule qui sera hissée à la surface, 625 mètres plus haut, en douze à quinze minutes.

Epouses, enfants, parents, amis et journalistes attendent les 33 reclus dans un camp de tentes dressé au-dessus de la petite mine d'or et de cuivre, dans le désert de l'Atacama. Près de 2000 personnes étaient déjà sur place lundi soir, et «entre 3500 et 4000» étaient attendues hier, le jour J durant le sauvetage, a-t-il déclaré. Dans ce nombre, une large majorité sont des médias, 800 environ sont des parents, proches ou amis des 33 mineurs

«Pour le moment, je suis calme, bien que je reste très anxieuse. J'espère que mes nerfs ne me trahiront pas lorsque les opérations de secours débuteront», confie Jessica Salgado, dont le mari, Alex, est au nombre des 33. «La première chose que je ferai est de le serrer très fort en lui disant combien je l'aime et combien il m'a manqué pendant tout ce temps», dit-elle. Lundi, après avoir consolidé à l'aide de tubes métalliques l'étroit puits creusé jusqu'à la galerie où sont réfugiés les mineurs, les sauveteurs ont testé avec succès la capsule surnommée «Phénix», du nom de l'oiseau mythique qui renaît de ses cendres. Après l'éboulement qui a bloqué les hommes dans la mine, le 5 août, laissant craindre le pire aux familles, un premier contact établi par un puits étroit, de la taille d'un pamplemousse, avait permis, au bout de 17 jours, d'apprendre que les 33 hommes avaient tous survécu. Le conduit a ensuite servi de cordon ombilical pour faire parvenir aux reclus de l'eau et des vivres et leur permettre d'établir des contacts avec leurs proches et de garder le moral pendant la longue attente. Il leur a en outre été conseillé de faire de l'exercice afin de ne pas prendre de poids pour ne pas compliquer les opérations de retour à la surface.

Quatre sauveteurs descendront au fond pour aider les mineurs à se préparer à la remontée. Une fois l'évacuation commencée, il faudra 48 heures pour extraire les 33 hommes de la mine. Chaque mineur devra chausser des lunettes de soleil pour éviter de s'abîmer les yeux après le long séjour dans un tunnel faiblement éclairé. /ats-afp