Réservé aux abonnés

Les talibans meurtrissent l’élection présidentielle

A une semaine du scrutin, les candidats hésitent à faire campagne, et les électeurs à prendre le risque de voter.
19 sept. 2019, 00:01
DATA_ART_13079984

Samedi 28 septembre, l’Afghanistan connaîtra une élection présidentielle à risques. Dès l’annonce de la tenue du scrutin, il y a plus d’un an, les talibans n’ont eu de cesse d’avertir qu’ils entraveraient le processus électoral, qu’ils jugent illégitime et orchestré par le soi-disant «envahisseur» américain.

Fin juillet, le candidat à la vice-présidence de l’Afghanistan, Amrullah Saleh, avait déjà échappé de peu à un attentat suicide le visant. Le 8 septembre, une importante explosion a ciblé les bureaux de la campagne du président candidat, Ashraf Ghani, à Djalalabad, capit...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois