Les souris mâles courtisent les femelles à la manière des oiseaux

Des chercheurs ont découvert que les souris mâles émettent des "chants" différents, suivant les situations, pour attirer les femelles.

03 avr. 2015, 10:06
Les rongeurs ont déclenché l'alarme par deux fois.

Les souris mâles recourent à des chants variés et étonnamment complexes pour courtiser les femelles. Les facultés des rongeurs ressemblent à celles des oiseaux, même si elles ne sont pas aussi sophistiquées.

C'est ce que rapportent des chercheurs de la Duke University à Durham, en Caroline du Nord, dans la revue spécialisée "Frontiers of Behavioral Neuroscience". L'Université a tenu à préciser cette semaine qu'il ne s'agit pas d'un poisson d'avril.

Le chant des souris (Mus musculus) est un phénomène connu depuis des décennies. Ces ultrasons ne sont toutefois pas audibles pour les humains. Même les jeunes souriceaux ne font pas que couiner, mais appellent leur mère par des chants.

Plus les souris grandissent, plus leur chant devient complexe. Elles l'utilisent par exemple pour marquer leur territoire ou lors de la parade nuptiale. Jusqu'ici, il n'était toutefois pas clair quels chants sont utilisés pour réagir à telle ou telle situation.

Complexe

Les neurobiologistes Jonathan Chabout et Erich Jarvis ont désormais découvert que les mâles émettent des sons particulièrement forts et complexes lorsqu'ils sentent l'urine fraîche d'une femelle sans voir celle-ci. Dans une vidéo accompagnant l'étude, ce chant enregistré grâce à des microphones spéciaux apparaît comme une série de sifflements rapides, au rythme changeant.

Si la femelle est en revanche visible, le chant des mâles est plus long et plus simple. "Nous croyons que les chants complexes sont faits pour attirer. Si le mâle voit la femelle, il passe à des chants plus simples pour économiser de l'énergie afin de pouvoir en même temps la poursuivre et la courtiser", explique Erich Jarvis.

Les chercheurs se sont étonnés de la manière dont les chants varient selon le contexte, une capacité probablement innée. Des différences apparaissent lorsque les souris sont confrontées à des mâles anesthésiés, des femelles anesthésiées, des femelles éveillées ou à l'urine de congénères.

"Il est clair que les facultés de chant des souris sont nettement plus réduites que celles des oiseaux ou des humains. Mais les variations complexes observées sont remarquables, souligne Erich Jarvis.