Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les places financières retrouvent des couleurs

Le gouvernement américain est décidé à s'attaquer aux racines de la crise financière. L'annonce de l'ébauche d'un plan radical d'assainissement des actifs financiers «toxiques» a permis hier aux marchés boursiers de rebondir de façon très spectaculaire.

14 oct. 2008, 17:58

Première mesure concrète, le Trésor américain va garantir les actifs des fonds monétaires jusqu'à concurrence de 50 milliards de dollars (55 milliards de francs). Il entend ainsi assurer la solvabilité et maintenir la confiance dans ces produits financiers, normalement considérés comme très sûrs.

«Maintenir la confiance dans le secteur des fonds monétaires est essentiel pour protéger l'intégrité et la stabilité du système financier mondial», a souligné le Département du trésor. Ce dernier et la Réserve fédérale (Fed) avaient annoncé la veille l'ouverture de discussions avec les responsables du Congrès sur un «vaste plan» susceptible de ramener un peu de sérénité dans un secteur sinistré. Objectif: trouver une solution au problème des actifs non liquides dans les bilans des banques.

L'administration américaine envisagerait de rééditer ce qui avait été fait dans les années 1980, après l'effondrement de centaines de caisses d'épargne. Une structure, baptisée Resolution Trust Corporation (RTC), avait alors été mise en place pour reprendre les actifs des banques en faillite et pour les vendre de manière ordonnée.

Les modalités d'un tel plan ne sont pas encore précisées, mais il est inéluctable que Washington devra y consacrer des sommes considérables, à hauteur de plusieurs centaines de milliards de dollars selon le Secrétaire au Trésor Henry Paulson. Le projet comportera en outre des risques pour l'argent du contribuable, a averti le président George Bush.

Autre décision de taille: les régulateurs boursiers, ceux des Etats-Unis et du Royaume-Uni en tête, ont interdit temporairement les ventes à découvert sur les valeurs financières. Cette technique spéculative est accusée de précipiter la chute des cours en bourse.

L'opération aux Etats-Unis, qui concerne 799 titres d'institutions financières, se terminera en principe le 2 octobre au soir mais pourra être prolongée, si nécessaire. Néanmoins, elle ne durera pas plus de 30 jours. L'interdiction britannique court, elle, jusqu'au 16 janvier.

L'annonce du plan de sauvetage a rassuré les marchés. Les bourses étaient en verve hier, les valeurs financières étant particulièrement à la fête. A Wall Street, le Dow Jones pointait à +3,75% et le Nasdaq Composite à 3,42% vers 18h (heure suisse). A la Bourse suisse, l'indice vedette SMI a terminé la semaine sur un bond de 6,07%, à 7007,30 points. L'action UBS bondissait même de plus de 30%, le Credit Suisse de 20%. Paris a clôturé sur un envol de 9,27%, sa plus forte hausse en 20 ans.

La Bourse de Londres a elle aussi battu un record historique (+8,84%). Les indices de la Bourse de Moscou ont même conclu sur des progressions spectaculaires de respectivement 22,39% et 28,69%. Les Bourses d'Asie ont elles aussi remonté en flèche. A la clôture, la Bourse de Tokyo affichait une hausse de 3,76%. /ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias