Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Les Oranje ne comptent pas que sur leurs vedettes

La complémentarité entre les travailleurs de l'ombre et les stars fonctionne bien.

28 juin 2014, 00:01
data_art_8191350.jpg

Les stars devant, les travailleurs de l'ombre derrière. Ce théorème, qui se vérifie souvent en football, n'a peut-être jamais été aussi vrai qu'avec les Pays-Bas version Mondial 2014. Revue d'effectif dans les rangs des nobodies oranje avant leur huitième de finale face au Mexique (demain 18h à Fortaleza).

Wesley Sneijder qui alimente en ballons Arjen Robben ou Robin van Persie, un triangle protégé par le pitbull Nigel de Jong: jusque-là, rien de très exotique ni de très novateur. Le reste du onze de base néerlandais met en revanche à rude épreuve les connaissances des amateurs de football. Car, en plus d'avoir volontairement tourné le dos à la sacro-sainte école batave et son 4-3-3 gravé dans le marbre, le sélectionneur Louis Van Gaal a également rénové en profondeur le cadre national.

Au Brésil, les Pays-Bas se présentent en 3-4-1-2 qui, selon les situations, peut aussi être un 5-2-1-2, avec des joueurs...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias