Les journalistes libérées retrouvent leur famille

Les deux journalistes américaines libérées par la Corée du Nord ont retrouvé hier leur famille sur le sol des Etats-Unis, au terme d'une mission surprise de l'ex-président Bill Clinton à Pyongyang. L'actuel président Barack Obama a salué les efforts du mari de la secrétaire d'Etat.
02 août 2015, 18:46

En larmes, l'Américano-Coréenne Euna Lee, 36 ans, a serré dans ses bras sa petite fille âgée de 4 ans au pied de la passerelle de l'avion qui s'est posé peu avant 6h (15h en Suisse) sur l'aéroport de Burbank, près de Los Angeles, en Californie. Très émue aussi, sa compagne Laura Ling, une Sino-américaine âgée de 32 ans, a étreint les membres de sa famille devant un panneau «Welcome home» («Bienvenue à la maison»).

Bill Clinton a ensuite descendu la passerelle avant de donner une accolade à son ancien vice-président Al Gore, l'un des fondateurs de la chaîne de télévision Current TV, pour laquelle travaillaient les deux journalistes lors de leur arrestation le 17 mars pour avoir traversé illégalement la frontière entre la Corée du Nord et la Chine. Il a été ovationné.

Les deux journalistes ont exprimé leur «profonde gratitude» à Bill Clinton. Devant quelque 200 journalistes qui attendaient les deux femmes dans un hangar de l'aéroport, Laura Ling a raconté comment elles avaient craint durant leur détention «d'être envoyées dans un camp de travail».

«Quand nous avons passé la porte et que nous avons vu le président Bill Clinton devant nous, nous avons eu un choc mais nous savions alors à l'instant que le cauchemar de notre vie touchait à sa fin», a-t-elle dit, la voix étranglée de larmes.

Le président américain Barack Obama a lui aussi rendu hommage à Bill Clinton dont il a salué le «travail extraordinaire», ajoutant encore que le retour des deux journalistes était «source de joie pour le pays tout entier».

La Maison-Blanche a également appelé la Corée du Nord à respecter ses engagements sur sa dénucléarisation si elle veut améliorer ses relations avec les Etats-Unis.

Selon l'agence officielle nord-corénne KCNA, le dirigeant du pays, Kim Jong-Il, a accordé sa grâce aux deux journalistes après des «excuses» présentées par Bill Clinton pour leur comportement. Une version démentie par un responsable américain qui a assuré que Bill Clinton n'avait pas présenté d'excuses.

Une fois la grâce annoncée, Bill Clinton a transmis au numéro un nord-coréen «un message verbal du président américain Barack Obama exprimant sa profonde gratitude pour cette (mesure) et évoquant les moyens d'améliorer les relations entre les deux pays», a affirmé KCNA. Cette allégation a également été réfutée par la Maison-Blanche qui a qualifié la mission de privée. /ats-afp