Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Les islamistes tunisiens jouent l'ouverture

A l'occasion de son premier congrès à Tunis, Ennahda cherche à élargir sa base politique.

13 juil. 2012, 00:01
data_art_6218378.jpg

Par de multiples interviews, Rached Ghannouchi, qui pourrait bien se succéder à lui-même à la présidence d'Ennahda, avait prévenu que "la plus importante" mission du congrès serait de présenter son parti, actuellement au pouvoir en Tunisie, sous un visage "islamiste modéré et ouvert" . S'emparant le premier du micro hier, il a donc invité à l'union les quelque cinq mille militants réunis au parc des expositions du Kram, dans la banlieue nord de Tunis, et au-delà lancé un appel à la "concorde nationale" , au "consensus".

La plupart des discours avaient le même ton lénifiant. C'est le premier grand congrès d'Ennahda organisé au grand jour sur le sol tunisien, ce parti ayant vécu dans la clandestinité depuis plus de trente ans. Se retrouver et s'afficher semblaient satisfaire une brochette de ministres et le millier de délégués qui, au dernier jour de ce congrès, dimanche 15 juillet, auront à désigner le...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias