Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Les alliances, nouvelles clés des élections espagnoles

Le scrutin municipal de demain devrait entériner la fin du bipartisme, ainsi que l'essor de Podemos, à gauche, et Ciudadanos, au centre.

23 mai 2015, 00:01
data_art_9146754.jpg

Mathieu De Taillac

Demain soir, bon nombre d'Espagnols, une majorité peut-être, se coucheront sans connaître le nom de leur maire ou de leur président régional. Pour la première fois, les électeurs ne donneront de majorité claire à aucun des deux grands partis qui se partagent la vie politique depuis 35 ans: le Parti socialiste (PSOE), à gauche, et le Parti populaire (PP), à droite. Au lieu de se répartir, à quelques exceptions régionales près, le pouvoir dans l'ensemble des 8000 communes et des 13 régions (sur un total de 17) appelées aux urnes, PP et PSOE devront entamer des négociations.

Les règles du jeu, pourtant, n'ont pas changé. Le système proportionnel à un tour, corrigé par un mode de répartition des sièges qui favorise les grands partis, reste en vigueur à tous les scrutins. Mais deux nouveaux joueurs sont apparus dans la compétition.

"Un catch à quatre"

A gauche du...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias