Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Le virus Ebola a surgi en plein conflit

La lutte contre l’épidémie en RDC est compliquée au milieu des combats, selon Karin Huster, de Médecins sans frontières.

21 août 2018, 00:01
epa06759536 A handout photo dated 20 May 2018 and made available by Médecins Sans Frontières, MSF, on 24 May 2018, showing MSF staff team treating patients in the isolation areas in the Mbandaka hospital, in Equateur province, Democratic Republic of Congo. MSF teams are currently in the Mbandaka and Bikoro areas and are putting in place two Ebola Treatment Centres of 20 beds each. According to latest figures, there are 28 confirmed cases, 21 probable cases, while 26 people have died of the Ebola epidemic.  EPA/LOUISE ANNAUD / MSF HANDOUT MANDATORY CREDIT: LOUISE ANNAUD / MSF, HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES Ebola outbreak Mbandaka

Le virus Ebola fait de nouveau rage en République démocratique du Congo (RDC). A peine l’épidémie a-t-elle été éradiquée, le 22 juillet, dans la province de l’Equateur, au nord-ouest, qu’une nouvelle flambée est apparue le 1er août, à 2500 kilomètres de là, dans le Nord-Kivu. Mais pas n’importe où: dans une région en plein conflit, très peuplée, qui avait jusque-là échappé aux dix épidémies ayant frappé le pays depuis 1976.

Une configuration inédite pour les équipes sanitaires qui comptent les décès (près de 50 depuis le début de l’épidémie) et suivent plus de 2000 cas. Le point avec Karin Huster, coordinatrice d’urgence chez Médecins sans frontières (MSF), qui a ouvert, la semaine passée, à Mangina, un Centre de traitement d’Ebola (CTE) de douze tentes. Il accueille quotidiennement une quarantaine de malades et de cas suspects.

Les combats freinent-ils l’intervention des équipes sanitaires?

La province du Nord-Kivu est une zone...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias