Réservé aux abonnés

Le silence des politiques brésiliens face à la montée de la violence

Lors de la campagne présidentielle, les divers candidats ont évité d'évoquer les 50 000 homicides par an, un chiffre digne d'un pays en guerre.

06 oct. 2014, 00:01
data_art_8450625.jpg

Deux détenus décapités dans une prison. Une mère de famille lynchée par une centaine de personnes convaincues, à tort, qu'elle séquestrait des enfants du voisinage. Un jeune danseur exécuté par la police dans une favela après avoir été confondu avec un narcotrafiquant. La propriétaire d'un restaurant abattue par deux motards à la sortie de sa banque. Un apprenti maçon torturé et exécuté dans un commissariat. Rivalisant d'horreur, ces épisodes ne constituent pourtant qu'une fraction des crimes commis au Brésil ces derniers mois.

Des chiffres choquants

Plus de 50 000 personnes ont été assassin...