Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le projet méditerranéen est contesté

14 mars 2008, 12:00

De nombreux dirigeants européens ont insisté hier soir à l'ouverture du sommet de l'Union européenne (UE) pour que Nicolas Sarkozy «recadre» son projet d'Union pour la Méditerranée. Ce projet a déjà été «édulcoré» sous l'influence de la chancelière allemande Angela Merkel.

Du premier ministre slovène Janez Jansa au chancelier autrichien Alfred Gusenbauer en passant par le premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker: tous semblaient déterminés à rappeler au président français, qui prendra la présidence de l'UE en juin, les conditions à respecter s'il veut voir aboutir son projet de coordination renforcée avec les pays de la Méditerranée, du Maroc à la Turquie. Au terme d'un bras de fer diplomatique avec Berlin, le président français a déjà revu ses ambitions à la baisse. Il a accepté que tous les pays de l'UE, pas seulement les riverains de la Méditerranée, soient pleinement associés à l'initiative.

Lors de ce sommet de deux jours, les dirigeants européens doivent aussi confirmer les ambitieux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre qu'ils s'étaient fixés en mars 2007, malgré des inquiétudes grandissantes sur les conséquences du développement des biocarburants et sur les risques de délocalisations hors d'Europe des industries les plus polluantes. / ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias