Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Le poivron andalou se digère mal

Syndicalistes suisses et espagnols se sont retrouvés hier à Berne pour débattre des conditions sociales que connaissent les ouvriers immigrés. Le pouvoir au consommateur.

08 févr. 2013, 00:01
data_art_6791539.jpg

Le poivron rouge qui vous tente ces jours dans les rayons de votre grand distributeur vient forcément du sud de l'Espagne, d'Andalousie. Comme ses cousins vert et jaune, il est cultivé hors sol par un travailleur marocain.

Hier à Berne, un séminaire réunissait syndicalistes suisses et andalous sur le thème des "conséquences sociales de l'industrialisation de l'agriculture". Si la comparaison reste délicate, le comportement du consommateur et la pression que peuvent exercer les distributeurs en Suisse pèsent sur les conditions sociales du travailleur immigré en Espagne.

Délégué du syndicat des ouvriers agricoles andalous (SOC), Federico Pacheco relève que la grave crise économique que vit l'Espagne se traduit, en Andalousie, par un taux de chômage de plus de 35%. L'un des aspects positifs, ose Federico Pacheco, "c'est que le gouvernement andalou vend aux enchères des terres publiques. La veille de l'une de ces ventes, en mars 2012, les ouvriers agricoles ont...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias