Le Népal pourrait abolir la monarchie

11 avr. 2008, 12:00

Les Népalais ont massivement participé hier à leurs premières élections en neuf ans. Le scrutin visait à désigner l'assemblée constituante censée abolir la monarchie, avec l'espoir de consolider la paix signée il y a un an et demi avec la guérilla maoïste.

«Clairement, le peuple venu voter a fait preuve d'un bel enthousiasme», s'est félicité Kieran Dwyer, porte-parole de la Mission de l'ONU au Népal, à la fermeture des bureaux de vote. La commission électorale tablait sur un taux de participation de 65%.

En dehors de l'abolition d'une monarchie hindoue, en place depuis près de deux siècles et demi, l'Assemblée constituante, composée de 601 membres, sera chargée de rédiger une nouvelle Constitution pour ce royaume stratégique coincé entre l'Inde et la Chine et séparé du Tibet par l'Himalaya.

Le scrutin d'hier représente la pierre angulaire de l'accord de paix conclu en 2006 avec la guérilla maoïste. Le premier ministre Girija Prasad Koirala, 83 ans, y voit une «ère nouvelle» pour son pays, l'un des plus pauvres du monde. Pour pratiquement tous les électeurs interrogés, la paix était l'attente principale.

Un candidat indépendant et un militant ont été tués dans le sud et 15 maoïstes armés de grenades ont été arrêtés après avoir incendié un bureau de vote dans l'ouest. Toutefois, selon les observateurs et les autorités, les élections se sont généralement bien déroulées. Les principaux partis en lice sont les maoïstes de l'ex-rébellion, les communistes et le Congrès népalais. / ats-afp