Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Le défi, lier aide et migration

Le Conseil des Etats a suivi la proposition de Berne et approuvé l’enveloppe de 11,11 milliards pour la coopération.

16 sept. 2016, 01:35
Sub-Saharan migrants scale a metallic fence that divides Morocco and the Spanish enclave of Melilla, early in the morning on Wednesday, May 28,  2014. Several hundred African migrants charged the barbed-wire border fence in Spainís North African enclave of Melilla with many managing to get across while dozens of others were beaten back by Moroccan and Spanish police. During the pre-dawn border storming Wednesday, cries of pain and noises of people being hit could be heard as police from both sides tried to prevent dozens of the sub-Saharan migrants from entering the city from Morocco. (AP Photo/Santi Palacios) SPANIEN MIGRATION

Sandrine Hochstrasser

«Près d’un franc par jour et par habitant», souligne Didier Burkhalter. Voilà le montant que la Confédération compte investir pour la coopération internationale ces quatre prochaines années. Le Conseil des Etats a suivi, hier, la proposition du gouvernement et approuvé, comme le Conseil national, un crédit cadre de 11,11 milliards de francs sur quatre ans. L’investissement n’atteindra pas 0,5% du PIB comme en 2015, mais 0,48%, restriction budgétaire oblige.

Le montant en lui-même n’a guère été menacé – les velléités d’épargne de Hannes Germann (UDC, SH) ont été balayées par 34 voix contre neuf. En revanche, les sénateurs ont réitéré et précisé une exigence formulée par la Chambre du peuple: ils demandent que le gouvernement lie la coopération internationale et la politique migratoire, de façon «stratégique».

Règle pas «trop stricte»

«Il n’est guère compréhensible que la Suisse investisse dans des pays qui ne reprennent pas leurs requérants d’asile...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias