La vidéo du lynchage d'alpinistes à l'Everest

La vidéo du conflit entre les sherpas de l'Everest et les alpinistes Ueli Steck et Simone Moro en avril 2013 a été diffusée vendredi par la chaîne Outside TV. Les images évoquent d'elles-mêmes la violence de l'altercation.

20 sept. 2014, 11:30
Ueli Steck renonce définitivement à l'Everest.

En avril 2013, l’expédition à l’Everest de l’alpiniste suisse Ueli Steck, de l’Italien Simone Moro et du photographe de montagne Jon Griffith a été brutalement avortée en raison d’une altercation avec des sherpas. La chaîne américaine Outside TV a diffusé vendredi les images de ce conflit.

A l’origine du lynchage, les deux alpinistes occidentaux évoluant à un rythme très élevé auraient enfreint des règles en passant près des sherpas qui installaient des cordes fixes pour leurs clients. Des insultes auraient été échangées car les Simone Moro et Ueli Steck, qui se rendaient à l’Everest par leurs propres moyens, avaient estimé n’avoir pas besoin de cordes fixes.

Jets de pierres

De retour au camp numéro 2, à plus de 6000 mètres d’altitude, les deux alpinistes voient les sherpas arriver en masse et la scène tourne au pugilat. Des pierres sont lancées sur la tente où, blessé à la tête, Ueli Steck se réfugie. A l’extérieur, Simone Moro tente en vain de s’excuser pour les insultes proférées plus tôt. Celui-ci se fait mettre à genoux et reçoit un coup de pied et une claque, assortis de quelques menaces. La vidéo montre encore la guide américaine Melissa Arnot s’interposer entre les deux camps. Ueli Steck estime qu’elle lui a sauvé la vie car les shepas n'auraient pas osé frapper une femme. Au total, la scène a duré 45 minutes puis les alpinistes européens ont préféré abandonner leur tentative et s'en aller.

25'000 francs pour le sommet

Cette affaire avait relancé vivement le débat sur la surfréquentation de l’Everest, source de revenus importants pour le tourisme népalais mais sujet à de nombreuses mises en garde d’une trop forte exploitation commerciale. Le permis pour escalader le toit du monde se montait à 25'000 dollars mais le gouvernement népalais a décidé d’abaisser cette somme à 11'000 dollars dès 2015, en dépit d’une voie déjà surchargée. Il a en revanche augmenté le prix de 70'000 à 77'000 dollars pour les groupes de plus de sept personnes. Cela sans compter les coûts engendrés par l’expédition et l’engagement de guides et porteurs. Par ailleurs, le gouvernement népalais oblige dès cette année tous les alpinistes à redescendre du sommet avec au moins 8 kilos de déchets.

Cette année, toutes les tentatives d’ascension vers l’Everest ont été annulées en raison de l’avalanche qui a causé la mort de seize guides népalais. Ceux-ci travaillaient pour installer les échelles qui permettent aux expéditions de traverser le glacier du Khumbu, départ de la voie népalaise vers le sommet de 8848 mètres.