Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«La solution à deux Etats est la seule»

18 avr. 2009, 10:18

L'émissaire américain George Mitchell a rencontré hier le président palestinien Mahmoud Abbas.

Les conseillers du chef de l'Autorité palestinienne ont réaffirmé que les négociations de paix ne pourraient reprendre qu'à condition qu'Israël accepte une solution à deux Etats.

«Tant que le gouvernement de (Benjamin) Netanyahu ne déclare pas son soutien sans équivoque à une solution à deux Etats (israélien et palestinien), applique les engagements d'Israël au regard de la Feuille de route et se soumet aux engagements précédents, les Palestiniens n'ont pas de partenaire pour la paix», a dit l'un des négociateurs palestiniens, Saëb Erakat, à l'issue de la rencontre Mitchell-Abbas, à Ramallah (Cisjordanie). «La solution à deux Etats est la seule solution», a réaffirmé de son côté George Mitchell, alors que Benjamin Netanyahu a déclaré jeudi qu'Israël attendait des Palestiniens qu'«ils reconnaissent l'Etat d'Israël comme l'Etat du peuple juif».

«Israël ne cherche pas à régner sur les Palestiniens, mais doit s'assurer que le processus politique avec eux n'aboutira pas à un second «Hamastan» (Etat du Hamas) au cœur du pays», a encore ajouté le premier ministre israélien à l'issue d'entretiens avec l'émissaire américain.

Il faisait référence à la bande de Gaza, que contrôle le mouvement islamiste Hamas et d'où sont tirées sporadiquement des roquettes sur Israël.

«La demande aux Palestiniens de reconnaître en premier, et avant que les négociations ne commencent, Israël comme un Etat juif est un aveu par Netanyahu qu'il ne peut pas faire la paix», a estimé Saëb Erakat.

Les Palestiniens craignent que cette reconnaissance d'Israël comme l'Etat des juifs signifie le renoncement, pour les réfugiés, au «droit au retour» sur leurs terres.

Mais l'approche israélienne se heurte également à celle des Etats-Unis qui n'imposent pas aux Palestiniens une telle reconnaissance mais insistent sur une solution à deux Etats coexistant en paix. /ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias