Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La première centrale iranienne opérationnelle

L'Iran a lancé samedi sa première centrale nucléaire construite par la Russie à Bouchehr (sud). Israël a appelé à renforcer la pression sur Téhéran après cette mesure intervenue en dépit des sanctions internationales contre son programme nucléaire soupçonné de dissimuler des visées militaires.

23 août 2010, 12:09

Les opérations de chargement du combustible dans le réacteur ont commencé samedi matin, en présence du vice-président Ali Akbar Salehi, chef du programme nucléaire iranien, et de Sergueï Kirienko, chef de l'agence nucléaire russe Rosatom qui a dirigé la construction de la centrale.

Le début du chargement du réacteur fait désormais officiellement de la centrale de Bouchehr une installation nucléaire.

Ali Akbar Salehi a remercié la Russie pour avoir «accompagné la nation iranienne» dans la construction de la centrale entamée il y a 35 ans par l'Allemagne mais qui a connu entre-temps de nombreuses vicissitudes. «En dépit de toutes les pressions, sanctions et difficultés imposées par les pays occidentaux, le démarrage de la centrale de Bouchehr illustre la poursuite du programme nucléaire pacifique de l'Iran. C'est un symbole de la résistance de la nation iranienne et de sa détermination à atteindre ses objectifs», a-t-il affirmé. Longtemps différé, le lancement de Bouchehr est intervenu alors que la République islamique est sous le coup de sanctions internationales après plusieurs condamnations de son programme nucléaire par le Conseil de sécurité de l'ONU qui soupçonne Téhéran, malgré ses dénégations, de chercher à se doter de l'arme atomique.

Moscou a obtenu que Bouchehr échappe à l'embargo international contre tout transfert d'équipements ou technologies nucléaires vers l'Iran, en s'engageant notamment à fournir pendant dix ans le combustible nécessaire à son fonctionnement et à le récupérer après usage pour réduire les risques de prolifération. La centrale va par ailleurs rester plusieurs années sous le contrôle conjoint de techniciens des deux pays.

Le chargement des 163 barres de combustible livré par Moscou dans le cœur du réacteur devrait s'achever vers le 5 septembre. Il faudra ensuite environ deux mois pour que la centrale de 1000 mégawatts (MW) puisse être raccordée au réseau électrique fin octobre ou début novembre, selon l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA).

Les besoins futurs de la centrale en combustible ont à nouveau été évoqués vendredi par M. Salehi pour justifier la poursuite de l'enrichissement d'uranium par l'Iran, une activité qui inquiète particulièrement les Occidentaux et dont le Conseil de sécurité de l'ONU réclame en vain la suspension depuis 2006. /ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias