Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La Pologne, simple formalité

Quatre mois et demi après un échec mortifiant à Prague qui lui a coûté sa place dans le Groupe mondial, l'équipe de Suisse de Coupe Davis repart en campagne à Kreuzlingen. Elle affronte la Pologne dès ce vendredi dans une rencontre qui semble gagnée d'avance. Malgré l'absence de Roger Federer, la Suisse n'a rien à craindre d'un adversaire dont les deux joueurs de simple sont classés au-delà de la 300e place mondiale. En l'absence de leur No 1 Lukasz Kubot (ATP 229) blessé, les Polonais alignent Dawid Olejniczak (ATP 306) et Blazej Koniusz (ATP 524). Stanislas Wawrinka (ATP 32) et Stéphane Bohli (ATP 143) ne devraient rencontrer aucune difficulté majeure pour gagner leurs deux simples.

08 févr. 2008, 12:00

Une année après avoir été au massacre devant David Ferrer et Fernando Verdasco, Stéphane Bohli ouvrira le bal vendredi contre le No 1 polonais Olejniczak. Cette partie sera décisive quant à l'issue de la rencontre. Si Bohli la gagne, la qualification de la Suisse pour le deuxième tour en avril prochain en Biélorussie ne fera plus aucun doute.

Finaliste à Nouméa et à Dallas et demi-finaliste à Hawaï, Bohli vient de briller sur le front des Challengers. Le Genevois n'est plus le joueur qui n'avait pas été à la hauteur de l'événement 12 mois plus tôt face à l'Espagne. Depuis qu'il s'est placé sous la férule de son coach jurassien Olivier Bourquin, Stéphane Bohli a gagné 120 rangs à l'ATP. Il peut désormais nourrir l'ambition de figurer parmi les 100 meilleurs mondiaux. «J'ai beaucoup travaillé ma condition physique. Cela me permet de jouer de manière plus relâchée», explique Bohli. Il ne formule qu'un seul souhait pour ces prochains mois: rester toujours aussi fort sur le plan athlétique.

Stanislas Wawrinka offre, lui aussi, toutes les garanties. Blessé aux abdominaux à l'Open d'Australie, le Vaudois a repris l'entraînement depuis dix jours. Il affirme ne plus ressentir la moindre gêne. «Je me suis entraîné deux heures et demie mercredi. Tout s'est passé à merveille», confie-t-il.

La partie la plus dure pour «Stan» sera le double de samedi. Yves Allegro et lui affronteront deux véritables spécialistes, Mariusz Fyrstenberg et Marcin Matkowski. Victorieux de six tournois et qualifiés pour le Masters en 2007, Fyrstenberg /Matkowski sont les premiers joueurs polonais en mesure de briller au plus haut niveau depuis l'ancien champion de Gstaad Wojtek Fibak. Mais Wawrinka reste sur deux victoires contre ce duo, l'an dernier à Bâle, où il avait évolué au côté de Marcos Baghdatis, et cette année à Doha où il faisait équipe avec Fabrice Santoro. A Allegro de se montrer aussi percutant que le Chypriote et le Français.

Battre la Pologne ne sera que l'une des trois étapes qui conduisent au Groupe mondial. En cas de succès au 2e tour en Biélorussie, la Suisse disputera à nouveau les barrages de promotion /relégation en septembre. Roger Federer a déjà annoncé sa présence pour ce troisième match éventuel. / si

Votre publicité ici avec IMPACT_medias