La polémique s'envenime

La colère des pays musulmans ne cesse d'enfler après la parution des caricatures de Mahomet. L'Union européenne récuse tout boycott Les caricatures du prophète Mahomet publiées au Danemark et en Norvège provoquent un concert de protestations qui fait boule de neige dans le monde musulman (voir notre édition d'hier). Appels au boycottage des produits des deux pays et menaces se multiplient.

31 janv. 2006, 12:00

Un groupe armé en Irak, Jaïch al-Moujahidine, a appelé hier ses partisans à frapper tout objectif appartenant au Danemark et à la Norvège pour «venger l'offense». Le chef spirituel des Frères musulmans, Mohammad Mehdi Akef, a appelé de son côté les musulmans du monde «à boycotter les produits du Danemark et de la Norvège, et à prendre des mesures fermes» à l'égard des deux pays.

La Fédération des journalistes arabes, basée au Caire, a annoncé le renforcement de sa campagne mondiale contre «la propagation de la haine et de l'incitation contre l'islam et les musulmans». A Gaza, une dizaine d'hommes armés, disant appartenir au parti Fatah du dirigeant Mahmoud Abbas, ont manifesté devant les bureaux de l'Union européenne. La campagne a pris une telle ampleur que les pays scandinaves ont annoncé des mesures pour protéger leurs ressortissants au Moyen-Orient. La Croix-Rouge danoise a retiré deux employés à Gaza et un au Yémen. Le ministère des Affaires étrangères a appelé ses ressortissants à faire preuve d'une vigilance accrue en Algérie, en Egypte, en Jordanie, au Liban, en Arabie saoudite, en Syrie et au Pakistan. Mais la Commission européenne a prévenu qu'elle pourrait saisir l'Organisation mondiale du commerce si des gouvernements encourageaient le boycottage des produits danois. Car selon Bruxelles, «un boycottage du Danemark serait un boycottage de l'UE».

«Solidarité» de l'UE

Pour sa part, l'Autriche, qui assure actuellement la présidence tournante de l'Union européenne (UE), a rappelé l'attachement de l'UE à la liberté de la presse.

Les ministres européens des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont exprimé leur «solidarité» avec leurs collègues danois et suédois, mais ont cependant rappelé que «la croyance religieuse devait être respectée».

De telles actions sont «préoccupantes» pour le ministre danois des Affaires étrangères, Per Stig Moeller. Le Danemark «entretient normalement un bon dialogue avec le monde arabe et a joué un rôle constructif sur le plan international dans le processus de paix au Proche-Orient». / ats-afp