Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La piste pakistanaise

Une trentaine de personnes soupçonnées d'avoir voulu faire exploser des avions de ligne ont été interrogées hier à Londres. Le complot a pu être déjoué grâce à l'interception d'un ordre depuis le Pakistan Trente et une personnes soupçonnées d'avoir voulu faire exploser en vol des avions de ligne à destination des Etats-Unis ont été interrogées hier par la police au Royaume-Uni et au Pakistan. Vingt et une d'entre elles au moins sont Britanniques.

13 août 2006, 12:00

Le ministre britannique de l'Intérieur, John Reid, a indiqué que l'alerte contre un risque terroriste était maintenue au niveau «critique», le plus élevé. Les enquêteurs pensent avoir arrêté «les principaux suspects» du complot, a déclaré John Reid. Ce dernier a remercié le Pakistan de sa contribution à l'enquête.

Depuis des mois

Le groupe était surveillé depuis des mois. Selon le quotidien «Guardian», le complot a pu être déjoué grâce à l'interception d'un ordre donné depuis le Pakistan de déclencher les attentats coordonnés. Sept personnes liées au complot, dont deux Britanniques, avaient été interpellées la semaine dernière au Pakistan.

Vingt-quatre autres ont été arrêtées jeudi à Londres, à High Wycombe, à l'ouest de Londres, et à Birmingham. Selon la chaîne américaine ABC, vingt-deux d'entre elles seraient d'origine pakistanaise. Il y aurait également un suspect d'origine bangladaisei et un autre d'origine iranienne. La Banque d'Angleterre a donné les noms de dix-neuf d'entre eux après avoir gelé leurs comptes bancaires.

Tous Britanniques

Ces suspects sont tous Britanniques, comme les auteurs des attentats suicide du 7 juillet 2005 dans les transports publics de Londres (56 morts, 700 blessés). Ils sont âgés de 17 à 35 ans, et la plupart ont autour de 25 ans. Tous portent des noms à consonance d'Asie du Sud. Deux d'entre eux avaient abandonné leurs prénoms occidentaux après leur conversion à l'islam. Le profil des personnes interpellées est varié. Parmi eux figurent notamment un maçon, un employé de pizzeria et un vigile, mais aussi un étudiant et le président de la société islamique de la London Metropolitan University, ou encore deux frères vendeurs de voitures d'occasion. L'un d'entre eux allait être père, d'autres l'étaient déjà.

L'ampleur du complot continuait de surprendre hier. Entre six et dix-sept appareils étaient visés selon les sources. Le moment prévu des explosions - au-dessus de l'Angleterre, en plein vol transatlantique ou à l'arrivée aux Etats-Unis - n'était pas encore connu. Des explosifs liquides devaient être dissimulés dans des bouteilles de boissons énergétiques emportées par les suspects dans leurs bagages à main.

Plusieurs disques durs d'ordinateur et des sacs en papier ont été emportés jeudi soir par les policiers du domicile perquisitionné à Birmingham. Des sources citées par ABC assurent que cinq suspects restent en fuite, dont le chef du complot.

Arrestations en Italie

De son côté, la police italienne a arrêté hier 40 personnes au cours d'une vaste opération. Les arrestations ont eu lieu dans les milieux islamistes de toute la Péninsule, principalement à Rome, Milan, Venise, Florence et Naples.

Par ailleurs, les mesures de sécurité exceptionnelles dans les aéroports européens ont encore été renforcées pour les vols vers les Etats-Unis. La situation est revenue peu à peu à la normale dans les aéroports européens, malgré de nombreuses perturbations subsistant au départ de la Grande-Bretagne. /ats-afp-reuters-ap

Votre publicité ici avec IMPACT_medias