Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La pêche au thon rouge déjà fermée

14 juin 2008, 12:00

La Commission européenne a décidé hier de fermer prématurément la pêche au thon rouge en Méditerranée au nom de la protection d'une espèce très menacée. La décision a suscité des protestations des pays concernés et la colère d'une profession déjà à cran à cause du renchérissement du carburant.

Cette fermeture concerne les thoniers «senneurs», de grands chalutiers qui pratiquent une forme de pêche industrielle, et comptent à eux seuls pour quelque 70% des captures totales de ce poisson dans les eaux européennes.

Elle s'appliquera à compter du 16 juin pour la Grèce, la France, l'Italie, Chypre et Malte, et à partir du 23 juin pour l'Espagne. La saison pour eux aurait dû se terminer fin juin, qui est le mois où ils réalisent la quasi-totalité de leurs captures (90%), à raison de 550 tonnes par jour.

En revanche, les pêcheurs artisanaux, essentiellement présents dans l'Atlantique Est, pourront continuer de pêcher, s'ils ont encore des quotas, jusqu'à la fin de leur propre saison, qui s'achève fin novembre. Cette décision a immédiatement été dénoncée par l'Italie et la France, qui comptent parmi les principaux pays de pêche au thon rouge en Europe. Le ministre italien de la Pêche, Luca Zaia, a réclamé que Bruxelles suspende sa décision, en dénonçant «l'impact économique et social» sur un secteur «déjà en pleine crise».

Son collègue français Michel Barnier a déploré cette décision et demandé une réunion d'un comité d'experts. Le gouvernement espagnol «rejette» quant à lui la décision «disproportionnée». Même son de cloche du côté de la profession: la principale fédération de pêcheurs italiens a parlé d'une «décision incompréhensible».

En France, le syndicat des thoniers de Méditerranée a dénoncé une «décision arbitraire», menant la profession à la faillite. Le Fonds mondial pour la nature a pour sa part réclamé hier des «mesures encore plus radicales» pour préserver l'espèce. / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias