Réservé aux abonnés

La migration, le symptôme du désespoir

Prévue sur trois semaines, la 29e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU s'est ouverte hier avec des discussions sur la question des migrants.
07 août 2015, 15:32
data_art_9214388.jpg

La migration est un symptôme. La cause en est le désespoir, a affirmé hier le haut-commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein en ouvrant à Genève une session de trois semaines du Conseil des droits de l'homme. Il a demandé à l'Union européenne de faire davantage d'efforts lors d'un débat consacré à la crise migratoire.

"Les troubles politiques, la répression, la violence et la guerre sont devenus si répandus qu'ils poussent des millions de personnes à risquer leur vie pour trouver un peu de sécurité" , a déclaré le haut-commissaire .

"La migration est le symptôme. La cause est le d...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois