La justice saisie après la vente illégale d'un agneau OGM

Une agnelle issue d'une mère génétiquement modifié a été envoyée à l'abattoir en août 2014, avant d'être vendue à un particulier. La justice a été saisie.
07 août 2015, 15:33
- photo. d'illustration -

La justice française a été saisie de la commercialisation illégale d'une agnelle génétiquement modifiée avec une protéine de méduse. L'animal avait été envoyé à l'abattoir avec des animaux normaux et vendu à un particulier.

"Née dans le cadre d'un programme de recherche en cardiologie humaine (...), une agnelle issue d'une mère génétiquement modifiée a été transférée le 5 août 2014 vers un abattoir partenaire avant que sa carcasse ne soit vendue à un particulier" en octobre, a indiqué dans un communiqué l'Institut national de la recherche agronomique (Inra).

"Bien que cet ovin ne présente aucun risque pour l'homme ou l'environnement, l'institut vient d'informer le parquet de Meaux (est de Paris) de cette infraction au code de l'environnement", a précisé l'Inra, confirmant une information du journal ''Le Parisien''.

"Les faits avaient en effet été dissimulés par un agent" de la structure où était gardée l'agnelle, où une enquête interne a mis en avant des "tensions et des dysfonctionnements", poursuit l'Inra.

Le parquet de Meaux a transmis l'affaire au pôle de santé publique du Tribunal de grande instance de Paris, a précisé à l'AFP une source judiciaire.

Conflit de personnes

''Le Parisien'' a fait sa une de "la folle affaire du mouton OGM''. Selon lui, l'agnelle-méduse s'appelait Rubis. Elle avait été transférée délibéremment à l'abattoir avec des animaux sains par un animalier qui souhaitait piéger son chef d'équipe avec lequel il était en conflit.

Cette affaire éclate alors que les OGM continuent de susciter une profonde méfiance en France. L'Union européenne a autorisé en avril l'importation et la commercialisation de dix-neuf OGM, sans attendre l'accord des Etats membres sur sa proposition de réforme leur permettant de les interdire sur leur territoire, au grand dam de la France et des écologistes.