Réservé aux abonnés

La drôle de paix des deux Corées

Depuis 65 ans, Séoul et Pyongyang se regardent en chiens de faïence.
07 août 2015, 15:34
data_art_9248143.jpg

Philippe Villard

" J'aime tellement l'Allemagne que je suis ravi qu'il y en ait deux ", écrivait François Mauriac aux temps de la guerre froide. Peut-on en dire autant de la Corée?

Alors que le Sud, hier rural, a depuis longtemps dépassé le Nord, jadis industriel, alors que les courbes de croissance se sont éloignées aussi sûrement que le fossé s'élargissait entre les deux pays, la Corée reste cette péninsule partagée par une zone démilitarisée.

D'un côté, l'idéologie du juche, de la quérulente dynastie Kim, qui a officiellement supplanté les références marxistes-léninistes. De l'autre, le lib...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois