Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La cote de François Bayrou continue de grimper

28 févr. 2007, 12:00

Présenté comme le «troisième homme» de la campagne présidentielle en France, le centriste François Bayrou continue de monter dans les sondages. Il se pose en «rassembleur» face au traditionnel clivage politique droite-gauche responsable, selon lui, du «déclin» du pays.

Le chef du parti UDF, 55 ans, fervent partisan de l'Europe, grimpe jusqu'à 19% des intentions de vote au premier tour - son plus haut niveau - selon un dernier sondage Ifop diffusé hier, derrière les deux favoris Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.

En 2002, pour sa première participation à une élection présidentielle, cet ex-ministre de l'Education (1993-97), fils d'agriculteurs du sud-ouest devenu éleveur de chevaux, catholique pratiquant père de six enfants, n'avait recueilli que 6,84%. Cette fois, il apparaît comme le candidat qui monte, et suscite désormais l'inquiétude du Parti socialiste (PS) de Ségolène Royal comme du parti majoritaire de droite UMP du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy.

Lundi soir, il a profité d'une émission phare de la campagne électorale sur la chaîne privée TF1, «J'ai une question à vous poser», suivie par 6,6 millions de personnes, pour exposer les grandes lignes de son programme à la fois social et libéral, avec pour priorité le désendettement.

Dénonçant la «guerre perpétuelle» entre le PS et l'UMP, il a réaffirmé sa volonté de «proposer aux Français un autre chemin». «Quand l'un arrive au pouvoir, il détruit ce que l'autre a fait. J'ai vu peu à peu la France décliner, j'ai vu peu à peu la France s'appauvrir», a-t-il dit. François Bayrou a réaffirmé qu'il pourrait, s'il était élu, nommer un premier ministre «de gauche». Une idée qui séduit plus du tiers des Français (37%). Hier, le PS et l'UMP sont de nouveau montés au créneau pour attaquer le thème du «rassemblement» de François Bayrou. Le chef du PS François Hollande, compagnon de Ségolène Royal, a expliqué que la présidentielle devait être un «choix de clarté». Il a écarté toute idée de grande coalition.

Le projet de rassemblement que défend François Bayrou au delà du clivage droite gauche est illusoire, a estimé de son côté le directeur de campagne de Nicolas Sarkozy.

Selon les sondages, François Bayrou recrute aussi bien à droite qu'à gauche, parmi les déçus de Ségolène Royal et ceux qu'inquiète le positionnement trop à droite de Nicolas Sarkozy qui, d'ailleurs, peine à aller au-delà de son propre camp.

Mais rien n'est définitivement acquis pour lui. «Son électorat est le plus volatile de tous», note Frédéric Dabi de l'institut Ifop, alors que Jérôme Sainte-Marie de BVA constate que «le taux de certitude du vote en sa faveur est relativement faible». / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias