Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La coalition orange est née

Les trois partis à l?origine de la Révolution orange ont signé hier un accord de coalition. Retour de Ioulia Timochenko à la tête du gouvernement «La coalition des forces démocratiques (...) a été créée», a déclaré devant le Parlement ukrainien Ioulia Timochenko, qui avait galvanisé les manifestants par sa fougue lors des grandes manifestations de novembre et décembre 2004 dans le centre de Kiev. «Aujourd'hui, nous entamons notre combat pour démocratiser notre pays, pour le débarrasser de la corruption», a ajouté l'ancienne égérie de la Révolution orange.

23 juin 2006, 12:00

Ioulia Timochenko retrouve le fauteuil de premier ministre qu'elle avait déjà occupé de février à septembre 2005, avant d'être limogée par le président Viktor Ioutchtchenko sur fond de querelles de personnes et d'accusations de corruption.

La coalition orange, qui regroupe le Bloc Timochenko, le parti de Viktor Iouchtchenko Notre Ukraine et le Parti socialiste, contrôle au total 243 des 450 sièges du Parlement, contre 207 pour l'opposition prorusse (Parti des régions et communistes). Selon la Constitution, elle a un mois pour former un nouveau gouvernement.

Ces trois formations soutiennent l'ambition du chef de l'Etat de rapprocher l'Ukraine de l'Occident, et plus particulièrement de la faire entrer dans l'Union européenne. Mais des divergences profondes existent notamment sur l'adhésion à l'Otan et au plan économique.

Milieux d'affaires sceptiques

Mais, si la création d'une coalition orange doit être saluée par l'Occident, le retour au pouvoir de Ioulia Timochenko risque de provoquer des sentiments mitigés dans les milieux d'affaires alors que Kiev a un grand besoin d'investissements. Son populisme et son appui à la révision des privatisations ont déjà découragé des investisseurs lorsqu'elle a dirigé le gouvernement en 2005. / ats-afp-reuters

Votre publicité ici avec IMPACT_medias