Réservé aux abonnés

L'une attire l'emploi, l'autre pas

Séparées de 120 km, deux villes connaissent des destins contrastés.

25 avr. 2015, 00:01

Les villes de Milton Keynes et Gloucester sont à la fois très proches et très lointaines. Distantes de seulement 120 kilomètres, elles offrent des visages complètement opposés en termes économiques. La première affiche le plus fort taux de création d'emplois du pays, la seconde le plus faible.

Alors que le premier ministre conservateur David Cameron fait campagne pour les législatives du 7 mai en soulignant son bilan économique - une croissance de 2,8% en 2014 et un taux de chômage de 5,6% -, les performances contrastées de ces deux villes montrent combien les disparités locales peuvent être é...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois