Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'un des plus anciens détenus français obtient sa liberté conditionnelle

Philippe El Shennawy, ancien braqueur détenu en France depuis 38 années, a obtenu mercredi sa liberté conditionnelle.

22 janv. 2014, 12:22
Le détenu avait bénéficié fin mars 2013 d'une grâce présidentielle partielle.

Le tribunal d'application des peines de Créteil, dans le Val-de-Marne, a accordé mercredi une libération conditionnelle à l'un des plus anciens détenus de France. Philippe El Shennawy, âgé de 59 ans, a passé 38 ans derrière les barreaux.

Il ne sera cependant pas libéré avant l'expiration du délai d'appel suspensif du parquet, qui est de 24 heures, a précisé à la presse son avocate, Me Maud Marian. Le tribunal a en outre imposé au détenu, condamné pour des braquages et des tentatives d'évasion, un placement sous surveillance électronique pendant deux ans, assorti de restrictions.

"La levée d'écrou interviendra vendredi matin, le placement sous surveillance électronique va dépendre du dispositif technique qui sera probablement mis en place dans la journée et puis lundi, il est au travail", a précisé Me Maud Marian.

Pour ses avocats, le maintien de Philippe El Shennawy en prison après tant d'années n'avait plus de sens. Le détenu avait bénéficié fin mars 2013 d'une grâce présidentielle partielle qui avait ouvert la voie à une éventuelle libération conditionnelle.

La semaine dernière, le parquet s'était déclaré favorable pour la première fois à une libération en dépit d'un avis négatif de la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté.

Me Maud Marian a expliqué le long séjour de Philippe El Shennawy en prison par une série de "concours de circonstances" défavorables, notamment parce qu'il proclamait son innocence. "C'est une suite de frustrations, de gens qui l'ont mal compris, qui ne l'ont pas accepté, qui ne l'ont pas aimé, certains policiers, certains juges qui l'ont vraiment trouvé embarrassant", a-t-elle déclaré.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias