L'iPhone en Suisse, ce n'est pas encore pour demain

Alors que l'iPhone est sorti en Autriche, Apple snobe le marché helvétique. Les opérateurs Swisscom et Orange visent la concession exclusive. L'iPhone chez votre opérateur, ce n'est pas pour demain. Apple compte vendre plus de 10 millions de sa Rolls de la téléphonie mobile dans le monde d'ici la fin de l'année, mais aucun en Suisse. Du moins pas officiellement. Car si 16 000 Helvètes se sont déjà procuré ce bijou de technologie directement aux États-Unis ou sur des sites internet, les groupes télécoms suisses, Swisscom en tête, peinent à trouver un accord avec la marque à la pomme. Le groupe américain, qui négocie dans chaque pays un partenariat exclusif de longue durée avec un seul opérateur, vient pourtant de lancer avec fracas son iPhone en Autriche.

28 mars 2008, 12:00

Pourtant, les annonces d'un prochain lancement sur le marché helvétique ne manquent pas. Dernière en date, une photo d'une publicité du géant bleu annonçant le précieux objet pour le 4 avril prochain a fait le tour des blogs. Christian Neuhaus, porte-parole de Swisscom déclare: «Ces rumeurs ne sont pas les premières et certainement pas les dernières.»

Pour Yves, fondateur du site Thinksmart, l'un des premiers vendeurs de iPhone en Suisse, l'affiche est un faux: «Le téléphone sur l'affiche compte des rangées de trois icônes alors que le vrai iPhone en dénombre quatre.» Une sortie officielle est-elle encore envisageable en 2008? Pas de commentaire, coupe Christian Neuhaus: «Nous attendons la décision d'Apple.»

Car Swisscom n'est pas seul dans la course. Orange est également prêt à croquer dans la pomme. C'est du moins ce qu'affirme le service de presse de la filiale helvétique de France Telecom, qui commercialise déjà le téléphone dans l'Hexagone. «Des discussions avec Apple sont en cours au sein de la maison-mère pour qu'Orange puisse offrir l'iPhone dans tous les pays où l'opérateur est présent.»

Mais rien ne filtre du côté d'Apple. «Nous ne donnons pas d'information sur nos futurs lancements. Tout ce que je peux dire, c'est que le iPhone est déjà disponible en France, en Angleterre, en Allemagne et, depuis deux semaines, en Irlande et en Autriche», déclare Alan Hely, porte-parole pour l'Europe de l'entreprise de Steve Jobs. Les spécialistes télécom, eux, donnent tous Swisscom gagnant. L'entreprise basée à Cupertino en Californie a en effet tendance à préférer les opérateurs nationaux et les leaders de la branche.

Reste que les négociations risquent de prendre encore du temps. Et pour cause. «Apple ne considère pas la Suisse comme prioritaire et préfère se concentrer sur des marchés comme l'Espagne, l'Italie ou la Chine», affirme Yves de Thinksmart. D'autres estiment que la société américaine temporise et attend la deuxième version du téléphone avant une arrivée massive en Europe, en Suisse notamment. Les fans de technologies perdent patience et se risquent à acquérir des appareils déverrouillés, donc sans garantie, sur le marché parallèle. Les ventes d'appareils débloqués, continuent d'ailleurs de grimper. Certes, Thinksmart qui a vendu environ 1600 mobiles sur les 16 000 en circulation, a vu ses ventes fléchir légèrement ces derniers temps. «Mais je l'attribue plutôt à la concurrence plutôt qu'à une baisse d'intérêt des Suisses pour ce produit», tempère son fondateur. /ASO-L'Agefi