L'écologiste Paul Watson, en fuite, recherché par Interpol

Poursuivi pour avoir mis en danger l'équipage d'un bateau, l'écologiste canadien, actuellement en fuite, est désormais recherché par Interpol.

08 août 2012, 11:05
Paul Watson a désormais Interpol à ses trousses.

Interpol demande l'arrestation de l'écologiste canadien Paul Watson, enfui d'Allemagne, relayant un mandat d'arrêt du Costa Rica. Le fondateur de l'organisation Sea Sheperd est accusé d'avoir mis en danger un équipage lors d'une opération contre la chasse aux requins en 2002.

"Suite à la confirmation par les autorités allemandes que Paul Watson n'a pas rempli les conditions de liberté provisoire (...) et s'est enfui du pays, le Costa Rica a renouvelé sa demande de Notice rouge", bulletin d'Interpol visant à une arrestation en vue d'extradition, pouvait-on lire mercredi sur le site de l'organisation policière internationale, basée à Lyon.
 
Recherché par le Costa Rica, Paul Watson, 61 ans, avait été arrêté à l'aéroport de Francfort le 13 mai. Il s'était enfui en dépit d'une assignation à résidence. Selon Sea Shepherd, M. Watson craignait, une fois au Costa Rica, que le Japon cherche à obtenir son extradition, pour des activités hostiles à la chasse à la baleine.
 
S'il avait refusé de donner suite à une première demande du Costa Rica d'émission d'une Notice rouge contre Paul Watson, Interpol justifie son accord désormais "sur la base d'informations supplémentaires fournies par le Costa Rica" concernant les accusations pesant contre le militant. L'organisation policière s'est refusé à toute précision.
 
Le Canadien avait été remis en liberté contre une caution de 250'000 euros (300'000 francs) et avec obligation de pointer deux fois par jour au commissariat, ce qu'il a arrêté de faire le 22 juillet.
 
Réputée pour ses coups de force contre des bateaux de pêcheurs, Sea Shepherd ("Berger de la mer") est une organisation non gouvernementale consacrée à la protection des océans. Basée aux Etats-Unis, elle a été fondée en 1977, après le départ de M. Watson de Greenpeace.