L'assemblée libyenne a élu son président, Mohamed Magarief

Mohamed Magarief est devenu le président de la nouvelle assemblée nationale libyenne. Il est en ce moment le chef de l'État libyen par intérim.

10 août 2012, 07:34
Mohamed Magarief est le nouveau président de l'assemblée libyenne.

La nouvelle assemblée nationale libyenne a élu jeudi à sa présidence Mohamed Magarief, un ancien dirigeant de l'opposition. Considéré comme un musulman modéré, il est dans les faits le chef de l'Etat libyen par intérim. Mais son domaine d'action précis reste à déterminer.

L'assemblée ou Congrès général national, qui comprend 200 élus, va devoir maintenant nommer un Premier ministre et emmener la Libye vers de nouvelles élections législatives une fois achevée la rédaction d'une nouvelle constitution.

Economiste et ancien ambassadeur de Libye en Inde, Mohamed Magarief a choisi l'exil à partir des années 80. Il était l'une des figures de proue du mouvement d'opposition le plus ancien en Libye, le Front national pour le salut de la Libye, qui a plusieurs fois essayé de mettre fin au régime de Muammar Kadhafi.

Le parti qu'il dirige aujourd'hui, le parti du Front national, en est issu. Le Front national a remporté trois sièges lors des élections du 7 juillet, premières élections libres en Libye depuis une génération.

C'est la démocratie

"Je suis très, très heureux. C'est une grosse responsabilité", a déclaré Mohammed Magarief à Reuters. Pour ce scrutin retransmis à la télévision, il a remporté 113 voix contre 85 à l'indépendant Ali Zidane. "C'est la démocratie, c'est ce dont nous avons rêvé", a déclaré Ali Zidane en félicitant le nouveau président.

"C'est une personnalité politique et tout le monde le connaît. Il a une très bonne expérience pour diriger le congrès et l'Etat démocratique libyen", a déclaré Osmane Sassi, ancien responsable du Conseil national de transition (CNT), le bras politique des forces de l'opposition qui ont renversé Mouammar Kadhafi il y a un an.

Le CNT a remis officiellement le pouvoir à l'assemblée mercredi avant d'être dissous, première transmission non violente du pouvoir dans l'histoire moderne du pays. L'assemblée a également élu un premier vice-président, Giouma Attaiga, un avocat de la ville portuaire de Misrata. Un second vice-président sera élu vendredi.

Originaire de Benghazi

Mohamed Magarief est originaire de la seconde ville de Libye, Benghazi, berceau du soulèvement de l'an dernier. Cela est de nature à apaiser les craintes de ceux qui craignent de voir l'Est libyen marginalisé par une autorité politique centralisée à Tripoli.

Un membre du Parti de la justice et de la construction qui a requis l'anonymat a estimé que l'élection de M. Megaryef était "une victoire pour les islamistes". Mais un indépendant a expliqué que plusieurs membres avaient choisi le président sur la base de considérations géographiques et non religieuses ou politiques.

Affaiblir les tensions entre les régions

Selon lui, plusieurs membres indépendants s'étaient mis d'accord pour choisir un président originaire de l'est du pays pour résorber la tension dans cette région du pays. Elle avait réclamé plus de sièges dans l'assemblée nationale et se considérait comme "marginalisée" sous le régime de Kadhafi et par le CNT.

Dans la nouvelle assemblée, 80 sièges sont réservés aux partis politiques. L'Alliance des forces nationales (AFN) de Mahmoud Djibril, ancien chef du gouvernement de transition, a remporté 39 sièges tandis que le Parti de la justice et de la reconstruction (PJR), émanation politique des Frères musulmans, en a remporté 17. Les 120 autres sièges sont occupés par les indépendants.

Les décisions les plus importantes devant être prises à la majorité des deux tiers, des alliances vont devoir se former.