Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L'armée fait encore usage de gaz au chlore

04 oct. 2014, 00:01
data_art_8447867.jpg

D'abord, le bruit sourd et lourd des bombardements aériens. Puis, ce sifflement perçant, comme un avion de chasse en plongée, celui du largage des barils chargés de chlore. Ce 24 septembre, aux environs de 3 heures du matin, Abdel Rahman al-Shami a parfaitement reconnu ce sifflement familier. Le combattant anti-Assad était pourtant à quelques kilomètres d'Adra, située à la périphérie de Damas, déjà trois fois bombardée au gaz toxique par l'armée syrienne. "Dans l'heure qui a suivi, j'ai vu affluer des dizaines de blessés. Ils présentaient tous les mêmes symptômes: yeux rouges, spasmes, une toux aiguë, les bronches qui se vident d'un étrange liquide. Sept personnes, au moins, n'ont pas survécu à l'intoxication", raconte-t-il via Skype.

Ironie de l'histoire: le gazage d'Adra, tenue depuis décembre par les insurgés et reprise ce jour-là par le régime, coïncide avec le début des frappes américaines contre les djihadistes de l'Etat islamique. Le signe...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias