L'aide internationale commence à parvenir aux blessés et sans-abri

En Haïti, l'aide internationale, dont celle de la Suisse, commence à arriver au compte-gouttes. Pour les blessés et les sans-abri, la situation est désespérée.
18 janv. 2010, 12:10

Alors que l'ampleur de la tragédie commençait à peine à se dessiner, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a évoqué un bilan de 40.000 à 50.000 morts, correspondant aux évaluations des autorités locales.

Plus de 25.000 corps ont été ramassés et ensevelis, a déclaré le Premier ministre, Jean-Max Bellerive. Le gouvernement parle aussi de 250 000 blessés et de 1,5 million de sans-abri.

Trois Haïtiens relativement indemnes ont été extraits à l'aube des décombres (lire ci-dessus) d'un supermarché. Ces trois rescapés s'ajoutent aux 70 autres retrouvés à Port-au-Prince depuis le séisme. Les chances sont désormais très minces de retrouver encore des survivants.

Dans les rues de la ville, le chaos régnait, la distribution de l'aide internationale étant rendue extrêmement difficile par la destruction des principales voies de communication.

Au cours du week-end, des pillards ont fait leur apparition, s'emparant dans les magasins éventrés de tout ce qu'ils peuvent y trouver et des affrontements ont éclaté entre des groupes d'hommes armés de couteaux, de haches ou de pierres.

La situation des milliers de sans-abri est «désespérée», a expliqué le Comité international de la Croix-Rouge, alors que les hôpitaux sont submergés par un flux incessant de blessés. La distribution des secours paraissait toutefois enfin s'organiser, alors qu'au total 10 000 soldats américains devaient être sur zone aujourd'hui, à terre ou au large, pour sécuriser la distribution. Sur le pont du porte-avions américain Carl Vinson, les hélicoptères décollaient à la chaîne pour apporter vivres et eau potable aux quatre coins de Port-au-Prince.

En dehors de la capitale, les destructions et le malheur des survivants paraissaient encore pires qu'à Port-au-Prince, notamment à Léogâne, une ville située tout près de l'épicentre du séisme et où 90% des bâtiments ont été détruits, selon l'ONU.

Pour le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, arrivé sur place dimanche, Haïti fait face à la pire crise humanitaire à frapper la planète «depuis des décennies». /ats

Trois Suisses blessés

Quelque 160 des 200 Suisses présumés être en Haïti au moment du séisme ont été contactés, dont 15 ont déjà gagné Saint Domingue par bus, a indiqué le chef de la division politique VI du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), Markus Börlin. Une quarantaine manque encore à l'appel.

Trois Suisses sont blessés, dont un a été évacué vers Saint Domingue. Les deux autres sont soignés à Port-au-Prince. «Nous ne pouvons pas exclure d'autres victimes à ce stade», a souligné M. Börlin.

Une grande partie des Suisses ne souhaitent pas quitter Haïti, notamment de peur que leurs biens sur place ne soient pillés, a-t-il aussi relevé. /ats

Un déploiement qui vise à combler des failles

Cinq jours après le séisme qui a frappé Haïti, l'aide suisse commence à parvenir aux victimes. Une équipe médicale d'une dizaine de personnes opère à partir de l'hôpital universitaire de Port-au-Prince. Quelque 30 tonnes de matériel pour 10 000 à 15 000 personnes, acheminées par la route de Saint Domingue vers Port-au-Prince, ont commencé à être distribuées, a indiqué dimanche Toni Frisch, chef adjoint de la Direction du développement et de la coopération lors d'une conférence de presse hier à Berne. Il s'agit notamment de kits de secours, de matériel médical et médicaments, d'abris, de moustiquaires et de générateurs. Un second avion doit quitter la Suisse aujourd'hui avec 35 tonnes supplémentaires, dont un conteneur sanitaire de l'armée. Au total, 45 personnes sont désormais actives dans la zone de crise, dont 31 à Port-au-Prince. Elles seront une cinquantaine la semaine prochaine. Basée à l'hôpital universitaire de la capitale, l'équipe médicale travaille également avec l'hôpital Albert Schweizer et compte s'engager dans d'autres établissements. Des experts en eau s'efforcent eux de réhabiliter le réseau de distribution de la ville. «Nous avons pu établir le contact avec nos partenaires sur place. Deux Suisses soutiennent le dispositif de coordination de l'ONU à Port-au-Prince», a précisé M. Frisch. «L'ONU examine actuellement la possibilité d'établir des camps pour les sans-abri, pour lesquels nous pourrions mettre des spécialistes à disposition», a-t-il ajouté. «Nous cherchons avant tout à combler les failles» plutôt qu'à mener une activité distincte, a-t-il souligné. Le budget de l'aide d'urgence se monte actuellement à 4,5 millions de francs, y compris la contribution à l'ONU et à la Croix-Rouge. /ats

Terre des hommes intervient au sud de l'île

La Fondation Terre des hommes (Lausanne) déploie son action dans un hôpital du sud d'Haïti, dans la ville des Cayes. De nombreuses personnes doivent être installées à même le sol en raison de la surpopulation de l'établissement.

L'hôpital Immacule Conception n'a pas les moyens humains et matériels de faire face à cette situation, précise l'ONG suisse dans un communiqué diffusé hier.

Les blessures les plus fréquentes sont les plaies, les fractures, les polytraumatismes ou encore les traumatismes crâniens. Terre des hommes participe à la coordination médicale avec les institutions publiques, la police, la protection civile, l'ONU et d'autres ONG. «La situation est aujourd'hui extrêmement critique dans la ville des Cayes, et les besoins sont d'ores et déjà urgents», indique encore Tdh. Les 57 membres de l'équipe de Terre des hommes aux Cayes (infirmières, auxiliaires en santé) apportent déjà renfort aux équipes médicales en apportant des soins aux blessés recueillis dans cet hôpital.

La délégation déjà sur place sera à son tour soutenue par l'arrivée d'une équipe d'urgence de Terre des hommes venue de Suisse. Composée de spécialistes, l'équipe d'urgence analysera également les besoins des victimes de la banlieue de Port-au-Prince pour pouvoir y répondre par une action concrète.

Depuis 20 ans, Tdh mène à Haïti un important projet en santé primaire et nutrition d'un budget de 2 millions de francs. /ats-réd

Trois personnes retrouvées vivantes dans les décombres d'un supermarché après cinq jours

Trois Haïtiens ont été extraits vivants des décombres d'un supermarché de Port-au-Prince hier à l'aube, ont indiqué des secouristes américains et turcs. Ce sauvetage est intervenu près de cinq jours après le séisme qui a détruit une grande partie de la capitale. /ats-afp

Un pillard tué par des policiers dans un marché de Port-au-Prince

Des policiers haïtiens ont ouvert le feu hier matin sur des pillards dans un marché de Port-au-Prince, a constaté un photographe de l'AFP. Au moins un pillard a été tué dans ces tirs. /ats-afp