Réservé aux abonnés

Japon, pays d’immigration à son corps défendant

Sa démographie en berne l’oblige à recourir à une main-d’œuvre extérieure. Toutefois, le Japon ne se résout pas à accueillir largement des immigrés, moult obstacles se dressant face à ceux qui rêvent d’y être naturalisés.
29 sept. 2020, 00:01
** ADVANCE FOR SUNDAY, JAN. 21 ** Two Brazilian immigrants to Japan watch from the bar while friends dance to a visiting Brazilian band at a bar in Oizumi, Japan in November 2006. The prospect of Japan's shrinking, rapidly aging population is spurring a debate about whether Japan _ so insular that it barred foreigners from its shores for two centuries until forced out of isolation in the mid-1800s _ should open its heavily guarded gates to more foreign workers. (AP Photo/David Guttenfelder) ArcInfo

«Il y a neuf ans, on dénombrait 700 enfants étrangers non scolarisés dans ma ville. Aujourd’hui, il en reste quatre. On vise l’objectif zéro.» Yoshikazu Matsui maintient la pression. Le directeur adjoint de la section internationale de la mairie d’Hamamatsu a un objectif clair: assurer la «coexistence» des étrangers et des Japonais parmi ses administrés. Cette terre industrielle du centre du pays, où fleurirent les usines d’automobiles pendant le miracle économique, s’est ouverte, d&eg...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois