Réservé aux abonnés

Impatience et frustration à l’ouverture du procès

Le scandale devant le Tribunal correctionnel de Paris.
24 sept. 2019, 00:01
DATA_ART_13089182

Le Tribunal correctionnel de Paris, devant lequel s’est ouvert, hier, le procès fleuve du Mediator, s’est dit conscient de l’«impatience» et de la «frustration» de l’ensemble des parties. Ce procès pénal hors norme s’ouvre «dix ans presque jour pour jour après la suspension de la commercialisation du Mediator, huit ans après l’ouverture d’une information judiciaire», a rappelé la présidente Sylvie Daunis en ouvrant les débats. «Le tribunal est conscient des sentiments d’impatience et de frustration, des victimes, des témoins, des prévenus étant décédés entretemps, autant de personnes qui ne po...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois