Réservé aux abonnés

Grands travaux coulés dans le béton

Le gouvernement a réduit de 415 à 25 les chantiers financés par Rome qui traînaient en longueur et alimentaient une corruption massive.

15 avr. 2015, 00:01
data_art_9027881.jpg

richard heuzé

Le changement d'orientation est remarquable. Moins de huit jours après avoir prêté serment comme nouveau ministre des Infrastructures, Graziano Delrio a annoncé la fin de la poltique de grands travaux qui absorbe depuis vingt ans les investissements publics en Italie.

Une politique mégalomaniaque qui n'a fait qu'engendrer une corruption sans pareil. Dans son dernier rapport annuel, la garde des Finances (police fiscale) dresse un constat sévère: " Un appel d'offres sur trois est irrégulier et le total des fraudes s'élève à 4,1 milliards d'euros. "

Sur 283 milliards d'euros d'adju...