Grande-Bretagne: pétrolier menacé par des clandestins, sept arrestations

Sept suspects ont été arrêtés à bord du pétrolier Nave Andromeda au large de la côte sud de l’Angleterre, à l’issue d’une opération de l’armée, après que des passagers clandestins aient menacé l’équipage. Ce dernier est «sain et sauf».
26 oct. 2020, 00:40
Les forces armées ont repris le contrôle du bateau.

Des passagers clandestins ont menacé dimanche l’équipage d’un pétrolier au large de la côte sud de l’Angleterre. Sept suspects ont été arrêtés à l’issue d’une opération de l’armée.

Cette intervention a ainsi mis un terme à une situation de crise qui avait débuté environ dix heures auparavant, au large de l’île de Wight. Les forces armées ont repris le contrôle du bateau, a annoncé le ministère de la défense. Selon les premiers éléments disponibles, l’équipage est «sain et sauf».

A lire aussi : Le passeport bientôt obligatoire pour se rendre en Grande-Bretagne

«Les investigations de la police vont maintenant se poursuivre», a tweeté le ministère de la Défense. Selon la police du Hampshire, les forces de l’ordre ont été alertées dimanche matin de la situation préoccupante de l’équipage du pétrolier Nave Andromeda, qui se trouvait à environ six miles de l’île de Wight.

Il a été signalé à la police que des clandestins à bord du navire avaient proféré des «menaces verbales» à l’égard de l’équipage. Le cabinet Tatham & Co, représentant les propriétaires du navire, avait assuré à la BBC à «100%» qu’il ne s’agit pas d’une tentative de piraterie, évoquée par certains médias.

42’000 tonnes de brut

Les gardes-côtes, qui ont mobilisé deux hélicoptères, ont prêté main forte aux forces de police. En réponse à une demande de la police, le ministère de la Défense et le ministère de l’Intérieur ont autorisé des membres des forces armées à monter à bord du navire dans la Manche, pour assurer la sécurité des vies et du navire.

Le bateau concerné est un pétrolier de 228 mètres immatriculé au Libéria, le Nave Andromeda. Parti début octobre du Nigeria, il devait accoster dimanche matin à Southampton. Il transporte 42’000 tonnes de pétrole brut.