Grande-Bretagne: dix ans de prison pour le chef d’une bande de papys braqueurs

Le chef d’une bande de papys braqueurs, qui s’était introduit dans la salle des coffres du «Hatton Garden Safe Deposit» à Londres, a été condamné à dix ans de prison. Ce cambriolage digne d’un scénario hollywoodien avait rapporté aux voleurs 13,7 millions de livres d’or, de bijoux et de pierres précieuses.

15 mars 2019, 19:34
Profitant du long week-end de Pâques, en 2015, les papys braqueurs, s'étaient introduits dans la salle des coffres du "Hatton Garden Safe Deposit"(illustration).

Le chef d’une bande de papys braqueurs a été condamné vendredi à dix ans de prison par un tribunal de Londres. Cela en raison de son rôle «central» dans l’un des cambriolages les plus retentissants de l’histoire britannique commis à Londres en 2015.

Cet homme de 58 ans, surnommé «Basil» par la bande, avait été arrêté il y a un an à son appartement du nord de Londres. Ce spécialiste en systèmes d’alarme était le dernier membre de la bande encore en liberté.

«Votre rôle était central», lui a lancé le juge Christopher Kinch en le condamnant au tribunal de Woolwich (est de Londres).

Pour l’accusation, il était «l’un des meneurs» d’un cambriolage qui a rapporté aux voleurs 13,7 millions de livres (18 millions de francs environ) d’or, de bijoux et de pierres précieuses.

 

 

Scénario «hollywoodien»

Neuf malfrats ont déjà été condamnés, dont six à des peines de prison, pour leur implication dans ce casse au scénario digne d’Hollywood, perpétré par une équipe comprenant un sexagénaire et deux septuagénaires. Ils avaient 67 ans, 74 ans et 76 ans au moment de leur placement en détention provisoire en mai 2015. Le premier d’entre eux est mort en prison.

 

 

Profitant du long week-end de Pâques, en 2015, les papys braqueurs, pour la plupart des cambrioleurs confirmés, s’étaient introduits dans la salle des coffres du «Hatton Garden Safe Deposit».

Déguisés en employés du gaz, munis de casques de chantier, ils avaient descendu la cage d’ascenseur en rappel et percé, avec une foreuse à diamant industrielle, trois gros trous dans un mur en béton de 50 centimètres.

Les images de vidéosurveillance avaient enregistré leur va-et-vient tranquille lorsqu’ils avaient vidé 73 coffre-forts. Lors du procès, un expert a déclaré que la démarche boitillante du chef de bande correspondait à celle d’un homme au visage masqué et portant une perruque rousse, surnommé «Basil», filmé par les caméras.

Ce quinquagénaire éloquent qui ne payait pas d’impôts et utilisait rarement son compte en banque, avait réussi à échapper à la police pendant trois ans avant d’être finalement arrêté en possession d’une partie du butin du casse.