Grande-Bretagne: base de données ADN canine créée contre les déjections

Dans une ville du Royaume-Uni, les chiens vont devoir montrer patte blanche, ou plutôt livrer leur ADN. Le but étant de pouvoir traquer les propriétaires qui "oublient" de ramasser les déjections de leur animal dans les lieux publics.

28 avr. 2015, 12:36
One of more than 3,000 dogs taking part in a world record dog walking attempt at the Royal Highland Centre in Edinburgh, Sunday May 11, 2003. The event will raise funds for the University of Edinburgh's Small Animal Hospital UIltrasound Appeal. (KEYSTONE/EPA PHOTO/PA/DAVID CHESKIN)

Une ville du grand Londres au nom prédestiné de Barking (aboyer, en anglais) a décidé de créer une base de données ADN des chiens. Elle entend ainsi mieux traquer les propriétaires indélicats qui omettraient de ramasser leurs déjections dans les parcs et autres lieux publics.

Le conseil municipal de Barking and Dagenham entend interdire à compter de cet été l'accès de ses 27 jardins publics aux quadrupèdes qui n'auront pas été préalablement répertoriés dans le fichier, a précisé mardi le quotidien "The Times".

Les maîtres négligeant pistés grâce à la génétique appliquée aux animaux se verront infliger une amende de 80 livres (115 francs). Le conseil entend par ailleurs inclure dans le bail des locataires de résidences municipales l'obligation d'enregistrer l'ADN de leur chien.

"Dans leur écrasante majorité, les propriétaires de chiens à Barking et Dagenham se montrent socialement responsables. Mais malheureusement, un petit nombre d'égoïstes jugent qu'ils peuvent se dispenser de nettoyer après le passage de leurs chiens", a commenté un responsable municipal, Darren Rodwell.